•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

8 M$ pour le développement touristique du Nord québécois

Un homme regarde au loin à l'aide de jumelles.

Ce financement permettra de développer l'offre touristique dans les secteurs de la nature, la culture et l'aventure.

Photo : Hooké

Le gouvernement du Québec a annoncé jeudi un financement de 8 millions de dollars pour favoriser le développement touristique au nord du 49e parallèle. Le but est de permettre aux entrepreneurs de diversifier leur offre afin que le Québec se positionne comme une destination de renommée mondiale.

Six millions de dollars serviront d’investissement direct dans les projets des entrepreneurs et les 2 millions restants serviront à l’accompagnement des entrepreneurs.

Nos entrepreneurs sont souvent seuls à prendre des décisions. On va arriver avec de l'argent pour payer des experts adaptés à leurs projets pour s’assurer qu’ils ont un soutien continu pour mener à terme leurs objectifs, spécifie Dave Laveau, directeur général de Tourisme Autochtone Québec.

La carte du Québec montre la délimitation du 49e parallèle ainsi que les communautés autochtones.

Le projet d'incubateur-accélérateur au nord du 49e parallèle est financé par le ministère du Tourisme et par la Société du Plan Nord.

Photo : Radio-Canada / Véronik Picard

Le développement touristique au nord du 49e parallèle comporte un niveau de complexité supplémentaire engendré par son éloignement, comparativement aux centres urbains.

L’accès est plus difficile, les coûts d’approvisionnement sont plus importants et il y a des enjeux de sécurité de télécommunication, ajoute Dave Laveau.

L’avantage de la collaboration

Trois organisations travailleront en collaboration dans ce projet d’incubateur-accélérateur, soit la Fédération des pourvoiries du Québec (FPQ), Tourisme Autochtone Québec (TAQ) et Aventure Écotourisme Québec (AEQ).

Notre objectif est d’être extrêmement proactifs, pour pouvoir pousser avec l’entrepreneur son projet.

Une citation de :Dave Laveau, directeur général de Tourisme Autochtone Québec

Pour le directeur général de TAQ, Dave Laveau, le fait que le financement et le projet soient portés par des organismes à but non lucratif et non par le ministère du tourisme dans un programme formel diminue les délais à chaque étape du processus pour les entrepreneurs.

Ça va nous permettre d’avoir le meilleur encadrement possible pour nos entrepreneurs, ajoute Marc Plourde, président-directeur général de la FPQ.

Les pourvoiries accueillent des touristes lors des saisons de chasse et de pêche principalement. Pour Marc Plourde, l’entraide des différents secteurs touristiques favorise le soutien des pourvoiries qui veulent diversifier leur offre.

Deux hommes marchent sur des roches, l'un d'eux a une canne à pêche dans les mains.

Les pourvoiries reposent sur l’exploitation durable des ressources. De plus en plus d'entre elles favorisent la remise à l’eau des poissons.

Photo : Hooké

Le tourisme culturel et d’aventure sont de belles façons d’enrichir l’offre de nos pourvoyeurs, dit-il.

Pour les trois organisations, la collaboration avec les conseils de bande, les agents de développement économique et les associations touristiques régionales est essentielle pour faciliter la croissance des entreprises.

Le tourisme autochtone

L’important, pour Dave Laveau, est de permettre aux communautés d’être fières, mais aussi de maintenir les langues et de favoriser la transmission des savoir-faire.

On veut être maître d'œuvre de notre destin, avec nous, par nous. On est quelque part dans de l’autodétermination, ça ne nous empêche pas d’être en partenariat, ça veut simplement dire qu’on veut être un acteur de décision, affirme Dave Laveau.

La participation des communautés autochtones, ça fait partie de la solution.

Une citation de :Ian Lafrenière, ministre responsable des Affaires autochtones

Pour le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, le développement touristique contribue au rapprochement. C’est une opportunité de bonifier notre offre au Québec pour que les Québécois puissent voyager au Québec et découvrir les Premières Nations et Inuit, ajoute-t-il.

Des tentes traditionnelles innues illuminées le soir à la belle étoile.

Le tourisme autochtone génère 4083 emplois au Québec et a un impact économique de 169 millions de dollars.

Photo : Karavanier

Le développement durable

L’objectif est de favoriser la protection de la nature, le développement des connaissances sur le plan de l’interprétation de l'environnement et l’utilisation des matières recyclables.

Le projet va tenir compte de la nouvelle stratégie en tourisme durable du ministère du Tourisme, ajoute le directeur d’AEQ, Pierre Gaudreault. Il affirme que plusieurs entreprises touristiques québécoises sont des précurseurs en ce qui concerne le tourisme durable.

On veut que les projets soient faits de façon durable et responsable.

Une citation de :Pierre Gaudreault, directeur général d'Aventure Écotourisme Québec

Le développement durable ne s’applique pas seulement sur le plan environnemental, mais également sur les plans économique et social. Les organisations veulent, entre autres, favoriser la création de nouveaux emplois et des retombées financières dans les communautés locales.

On veut un développement qui va être respectueux du territoire et des communautés, ajoute le directeur de la FPQ, Marc Plourde. Il souligne l’importance d’être à l’écoute des aspirations de la population des différents territoires en matière d’accueil des visiteurs.

Parfois, les communautés désirent accueillir des touristes, mais elles ne souhaitent pas être envahies de touristes, précise Marc Plourde.

Un homme monte une montagne de roche dans le nord du Québec.

Au Canada, le Québec se positionne dans les chefs de file en matière d'écotourisme.

Photo : Tourisme Québec | Outpost

Destination internationale

Pour Dave Laveau, l’annonce de cette initiative d’incubateur-accélérateur pour les projets touristiques au nord du 49e parallèle arrive au bon moment et avec les outils nécessaires pour permettre au Québec de faire partie de la relance touristique après la pandémie.

On n’a pas besoin d’aller en Écosse ou ailleurs, on a ces beaux paysages et cette belle richesse culturelle chez nous, ajoute Dave Laveau.

Selon un sondage mené par Tourisme Autochtone Québec auprès des touristes européens, 67 % d’entre eux veulent vivre une expérience autochtone lors de leur séjour.

Lorsque les Européens vont revenir au Québec, on va être prêt grâce à ce qu’on est en train de développer, affirme le ministre Lafrenière. Il ajoute qu’il y a un intérêt important pour le tourisme nordique à l’échelle internationale et que cette annonce permettra de mieux positionner le Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !