•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le volet autochtone du budget jugé décevant

Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, et le premier ministre François Legault, portant des masques, avant le dépôt du budget.

Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, et le premier ministre François Legault avant le dépôt du budget.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Au lendemain du dépôt du budget provincial, les mesures concernant les Autochtones laissent les observateurs interrogés par Radio-Canada sur leur faim, notamment pour ce qui est de la question du logement.

Quelle déception! Au bout du fil la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, déplore le manque de vision du budget présenté hier par le ministre des Finances, Éric Girard, et le recyclage d'annonces déjà faites.

Si Mme Massé croit que c'est avant tout aux groupes autochtones de donner leur avis, elle souligne néanmoins le manque de place laissé au logement social, alors que la construction est reconnue comme étant une façon de relancer l'économie.

Si 12,4 millions $ sont budgétés pour construire 250 maisons et 64 logements locatifs en Jamésie (Nord-du-Québec), rien ne dit que c'est pour du logement autochtone, mentionne la co-cheffe de Québec solidaire.

« On espère avoir plus de détails lors de l'étude des crédits budgétaires après Pâques. »

— Une citation de  Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

Ghislain Picard, chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador attend lui cette étape pour se faire une idée définitive sur le budget présenté jeudi.

Je ne crois pas pas que les communautés seront réfractaires aux sommes annoncées en éducation tellement les besoins sont grands, a-t-il déclaré en entrevue à Espaces Autochtones.

Plus de sous en éducation

Le budget 2021-2022 du gouvernement Legault prévoit en effet une nouvelle enveloppe de 37 millions $ sur 5 ans qui sera destinée spécifiquement aux élèves autochtones afin de stimuler leur réussite éducative.

Cette somme vise à niveler les différences dans la réussite éducative et à offrir plus de services adaptés aux besoins spécifiques des élèves autochtones, selon le gouvernement. Québec solidaire dit espérer que l'étude des crédits budgétaires en dise plus sur la façon dont ces sommes seront allouées.

Un panneau d'arrêt en français et en atikamekw devant l'école.

Une école de la communauté de Wemotaci

Photo : Radio-Canada / Frédéric Bissonnette

En outre, 2 millions de dollars sont aussi prévus sur deux ans afin d'accompagner dans leurs recherches des familles d'enfants autochtones disparus entre les années 1950 et les années 1980, à la suite d'une admission dans un établissement de santé et de services sociaux.

On ne sait pas encore à quoi ce montant est identifié, mais si c'est pour de la bureaucratie provinciale alors ça ne correspond pas aux attentes qu'on a à ce niveau, a mentionné M. Picard.

Au cabinet du ministre des Affaires autochtones, on précise que cette somme servira à accompagner les familles tant au niveau administratif mais aussi au niveau humain, lors du processus d’obtention des réponses tant attendues quant à ce qui est arrivé à leurs enfants. Les consultations en lien avec le projet de loi débutent la semaine prochaine.

13 millions $ pour lutter contre l'itinérance

Le constat semble similaire du côté de l'aide aux personnes en situation d'itinérance. Depuis le début de la pandémie, l'organisme Chez Doris a vu sa clientèle autochtone passer de 21 % à 30 %. L'organisme, qui prévoit ouvrir un refuge de nuit en décembre, en plus de deux nouvelles résidences le printemps prochain, attendait beaucoup du nouveau budget.

Marina Boulos-Winton est une femme blonde, aux yeux bleus. Elle revêt un chemisier corail.

Marina Boulos-Winton, directrice générale du refuge chez Doris.

Photo : Radio-Canada / Alexis Gacon

La mise en oeuvre du plan d'action pour lutter contre ce phénomène grandissant bénéficiera d'une enveloppe de 65 millions $ sur cinq ans. Ça ne sera pas suffisant pour tout le Québec, prévoit Marina Boulos-Winton, directrice générale de Chez Doris. Nous avons un budget de 2,3 millions $ par an, mais avec les trois nouveaux points de service qui vont ouvrir dans la prochaine année, il va monter environ à 6 millions $, donne-t-elle en exemple.

Le gouvernement a en outre déjà annoncé plus de 3 millions $ pour aider l'organisme Résilience Montréal à avoir de nouveaux locaux à proximité du square Cabot.

Logement social, rien de neuf

En matière de logement social, la plus grande part des investissements vise à faire aboutir des projets qui avaient déjà été annoncés dans les budgets précédents, ajoute Mme Boulos-Winton.

Un avis partagé par le porte-parole du Parti libéral en matière d'affaires autochtones, Gregory Kelley. ce dernier aimerait que les projets en matière de logement avancent aussi vite que quand ils sont situés dans des circonscriptions de la CAQ, car les besoins sont grands, martèle-t-il.

M. Kelley note aussi que rien n'a été mis de l'avant pour lutter contre le racisme au Québec, alors que c'est un problème qu'on les Autochtones et les minorités culturelles.

En référence aux cas de négligence et de racisme vécus par des Autochtones, notamment dans le réseau de la santé, Martin Ouellet, porte-parole du Parti québécois en matière d’affaires autochtones et de finances, s'est dit surpris de voir la maigre place faite aux Premières Nations et à la sécurisation culturelle dans le contexte où l’urgence d’agir n’a jamais été aussi évidente.

Martin Ouellet regarde au loin, l'air d'écouter quelqu'un qui parle hors-champ.

Martin Ouellet, porte-parole du Parti québécois en matière d’affaires autochtones et de finances.

Photo : gracieuseté Assemblée nationale

Signalons néanmoins que le budget déposé hier n'est pas totalement muet sur la question de la sécurisation culturelle.

Des investissements totalisant 80 millions $ sur cinq ans sont déjà prévus pour la sécurisation culturelle des Autochtones dans le réseau de la santé et des services sociaux (15 M$), pour améliorer la prestation des services policiers auprès des communautés autochtones (18,6 M$), pour augmenter les services offerts aux Premières Nations et aux Inuit en matière de justice (19,2 M$), et pour la construction de trois centres d’hébergement dédiés aux étudiants autochtones (18,4 M$), détaille le document budgétaire.

Les discussions vont se poursuivre au cours des prochains mois pour identifier les autres actions prioritaires auxquelles seront allouées les sommes restantes, indique le document budgétaire déposé jeudi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !