•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

CLSC de Joliette : les infirmières congédiées pourraient participer à un arbitrage

La bâtisse et le stationnement du CLSC de Joliette.

Le CLSC de Joliette a défrayé les manchettes après qu'une femme atikamekw a dit avoir été victime de discrimination de la part de deux infirmières.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les deux infirmières du CLSC de Joliette congédiées il y a quelques jours pourraient participer à un « arbitrage accéléré » avec le CISSS de Lanaudière, selon un message du président du Syndicat interprofessionnel de la santé de Lanaudière, Stéphane Cormier, envoyé à Espaces autochtones.

Selon ce même message de M. Cormier, l'arbitrage pourrait débuter d'ici quelques semaines. Le protocole d'entente, qui doit encore être signé, prévoit que les audiences devraient débuter d'ici 90 jours, indique le président du syndicat.

Les deux infirmières congédiées ne présenteraient pas leur version des faits devant les médias (tel qu'initialement prévu), mais plutôt devant un juge. Et des témoins pourraient être convoqués. Au terme de ce processus, leur congédiement pourrait être confirmé, transformé en suspension ou encore être totalement renversé.

Par courriel, le CISSS de Lanaudière n'a pas voulu confirmer ou infirmer ces informations. « Les informations liées à ce dossier demeurent confidentielles », a indiqué Hélène Gaboury, agente d'information au CISSS.

Une femme assise devant une résidence.

Jocelyne Ottawa, une Atikamekw de Manawan, affirme avoir été victime de racisme dans un CLSC de Joliette.

Photo : Radio-Canada

Le licenciement des deux infirmières est survenu après que Jocelyne Ottawa, qui est originaire de la communauté de Manawan, a affirmé avoir été victime de commentaires répréhensibles lors de sa visite au CLSC le 12 mars.

L'affaire, qui survient à peine six mois après la mort de Joyce Echaquan dans des circonstances dégradantes à l'hôpital de Joliette, avait été rendue publique par Ghislain Picard, le grand chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL).

Celui-ci, sur sa page Facebook et sur celle de l'Assemblée, avait dénoncé un autre "incident" au CLSC de Joliette et avait fait état d'un personnel irrespectueux, de commentaires tendancieux, se moquant des personnes et de Joyce Echaquan.

« Congédiement politique », selon le syndicat

Mme Ottawa n'a toutefois pas porté plainte contre l'établissement de santé.

Stéphane Cormier a dénoncé, vendredi, ce qu'il qualifie de congédiement politique. Selon lui, ces congédiements ont été effectués trop rapidement et une enquête plus longue aurait dû être menée.

Le gouvernement du Québec a fermement nié cette affirmation.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a assuré qu'aucune intervention politique n'était en cause dans le congédiement des infirmières.

Le ministre responsable de la Lutte contre le racisme, Benoit Charette, a également nié l'interprétation du syndicat soulignant qu'il s'agissait d'une décision de la direction du CISSS.

Avec des informations de Mathias Marchal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !