•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bientôt 55 logements abordables pour les communautés cries du Québec

La façade de l'immeuble en hiver.

Un immeuble de logements sociaux pour autochtones à Val-d’Or.

Photo : Radio-Canada / Marie-France Abastado

Ottawa apportera une aide de plus de 17 millions de dollars pour appuyer les communautés cries du Québec dans la construction de logements abordables pour les personnes âgées ou qui souffrent de handicaps physiques.

L’investissement s’élève à 17,4 millions de dollars et entre dans le cadre du volet des projets de l’Initiative pour la création rapide de logements et va servir à la construction de 55 maisons modulaires à loyer abordable dans neuf communautés cries du Québec.

Bill Namagoose, le directeur exécutif du gouvernement de la nation crie, a précisé que ces unités seront disponibles d'ici le 31 décembre 2021.

Nous avons besoin de 2000 unités au total pour une population de 19 000 habitants, indique-t-il encore.

Cinq maisons seront également construites dans sept communautés autochtones : Eastmain, Nemaska, Oujé-Bougoumou, Waskaganish, Waswanipi, Wemindji et Whapmagoostui. Vingt autres le seront pour répondre aux besoins des communautés de Chisasibi et de Mistissini.

L’accès à un logement sûr et abordable est encore difficile dans certaines communautés. Pour les communautés cries d’Eeyou Istchee, l’investissement du gouvernement fédéral s’ajoute à leurs propres efforts.

L’investissement du Canada marque également une étape importante dans notre partenariat avec le Canada pour faire progresser cette stratégie, qui repose sur la priorité accordée à l’accession à la propriété privée tout en répondant aux besoins en matière de logements spéciaux des aînés, des jeunes et des personnes à faible revenu cris, a indiqué Abel Bosum, grand chef du Grand Conseil des Cris, lors de la conférence de presse virtuelle qui s’est tenue mercredi.

Le grand chef du Grand Conseil des Cris Abel Bosum.

Le grand chef du Grand Conseil des Cris Abel Bosum.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Le grand chef a également indiqué que les appels d’offres pour la construction de ces logements ont déjà été lancés et les candidatures pour espérer y obtenir une place sont ouvertes.

Chaque communauté sera maîtresse pour décider qui obtiendra une place en priorité, a-t-il encore précisé.

En effet, le gouvernement de la Nation crie sera propriétaire des logements, mais ils seront gérés par les gouvernements locaux.

Au-delà de la communauté elle-même, la nouvelle est bien accueillie. Les nations cries avec lesquelles j'ai collaboré ont identifié comme un besoin le fait de fournir des logements aux aînés et aux personnes handicapées. Est-ce suffisant? C'est peu probable. Mais ce sont d'excellentes nouvelles, dit Mylene Riva, géographe de la santé à l'Université McGill qui a beaucoup travaillé sur les problématiques de logements dans les communautés.

Guy Latouche, urbaniste-conseil pour l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, partage cet avis. Non ce ne sera pas suffisant. Par contre, c’est une nouvelle très intéressante pour la Nation crie. Dans le contexte de crise du logement qui sévit chez les Premières Nations au Québec, tout investissement fédéral additionnel est évidemment une bonne nouvelle. Au final, plus de familles seront mieux logées, répond-il.

Plusieurs études ont déjà démontré que les logements cris sont surpeuplés. Un défi qui s’avère d’autant plus complexe à relever en temps de pandémie.

Les dernières données de 2011 dévoilent qu’il manquait alors entre 40 000 et 80 000 logements dans les communautés. La conséquence, c’est que les Autochtones vivent dans des logements surpeuplés, ce qui entraîne de nombreux problèmes sociaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !