•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Nation cherokee reconnaît les descendants d’esclaves comme ses membres

Des manifestants tenant des affiches.

Environ 8500 descendants de Freedmen sont actuellement inscrits comme membres de la Nation cherokee.

Photo : Associated Press

Radio-Canada

La Cour suprême de la Nation cherokee a statué cette semaine pour la suppression de l'expression « par le sang » de sa constitution et d'autres lois tribales. Ce changement reconnaît formellement les descendants de Noirs autrefois réduits à l'esclavage par des Cherokees comme membres de la Nation.

Les descendants de ceux connus comme les Cherokee Freedmen (hommes affranchis des Cherokees) auront maintenant le droit à la citoyenneté tribale, ce qui signifie qu'ils pourront briguer des fonctions politiques et accéder aux ressources, telles que les soins de santé, offertes aux Cherokees.

Cette décision de la Cour suprême de la Nation cherokee est une réponse à une décision, rendue en 2017 par un tribunal américain, qui a déterminé que les descendants des Cherokee Freedmen ont le droit d'être reconnus comme membres de la Nation cherokee en vertu d'un traité conclu avec les États-Unis en 1866.

L'expression ''par le sang'' qui se trouve dans la Constitution de la Nation cherokee, et toutes les lois qui en découlent, est illégal, obsolète et contraire à l’idéal de liberté. Ces mots insultent et dégradent les descendants des Freedmen.

Une citation de :Extrait de la décision de la Cour suprême de la Nation cherokee

Les droits des affranchis sont inhérents, est-il écrit dans la décision. Ils s'étendent aux descendants des affranchis comme un droit de naissance découlant de l'oppression et du déplacement de leurs ancêtres en tant que personnes de couleur enregistrées et commémorées à l'article 9 du Traité de 1866.

Une histoire complexe

Depuis les débuts de la colonisation, il est estimé que des millions d'Autochtones ont été réduits en l'esclavage aux côtés des populations noires.

Cependant, au début des années 1800, certains membres plus riches de nations autochtones ont commencé à pratiquer l'esclavage. C'est le cas des Cherokees.

Environ 4000 Noirs avaient été faits esclaves par les Cherokees en 1861, selon le National Museum of the American Indian et d'après ce que rapporte CNN.

Les Cherokees ont aboli l'esclavage en 1863. Quelques années plus tard, à la fin de la guerre civile, la Nation a signé un traité avec le gouvernement américain qui reconnaissait des droits égaux à ceux qui étaient auparavant esclaves. Par contre, dans les faits, ces affranchis étaient souvent exclus des communautés.

Fin d'une longue bataille juridique

Au cours des dernières décennies, les descendants des Cherokee Freedmen ont tenté de faire protéger leurs droits devant les tribunaux.

En 2007, la Nation cherokee a modifié sa constitution pour reconnaitre comme membres ceux qui ont du sang indien.

Ceci a entraîné l'expulsion de la Nation de près de 3000 descendants des Cherokee Freedmen qui ont contesté la décision en cour.

Dix ans plus tard, un tribunal fédéral s'est prononcé en faveur des Freedmen et a émis une décision que la Cour suprême de la Nation cherokee reconnaît désormais.

Le chef principal de la Nation cherokee, Chuck Hoskin Jr., s'est dit ravi de ce développement et a souligné que sa nation doit confronter son histoire esclavagiste et les conséquences qui en découlent encore aujourd'hui.

La Nation cherokee est plus forte lorsque nous avançons en tant que citoyens égaux, a-t-il écrit dans un communiqué. La Cour a reconnu, dans les termes les plus forts, l'engagement de nos ancêtres en faveur de l'égalité il y a 155 ans dans le Traité de 1866. Nous ne devons plus répéter les mêmes erreurs.

Environ 8500 descendants des Freedmen sont actuellement inscrits comme membres de la Nation cherokee.

Les Cherokees forment l'un des peuples autochtones les plus populeux des États-Unis avec plus de 380 000 membres. Plus de la moitié de ceux-ci habitent dans des réserves dans le nord-est de l'Oklahoma.

Avec les informations de CNN, New York Times, et Daily Mail

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !