•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une cérémonie à la mémoire de Raphaël André au square Cabot

Un panneau en bois sur lequel on peut lire : ''Raphaël André (aka Napa) Memorial Tent/Tente Mémoriale''.

La cérémonie se tenait tout juste devant la tente chauffante érigée il y a près d'une semaine en hommage à Raphaël André.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Paul

Radio-Canada

Quelques dizaines de personnes se sont rassemblées samedi après-midi au square Cabot, à Montréal, pour une cérémonie à la mémoire de Raphaël André, cet itinérant innu retrouvé mort dans une toilette portative, il y a près de trois semaines.

Cette cérémonie était également un moment de rencontre entre les communautés Innu et Kanien'kehá:ka (Mohawk) qui sont, selon la coutume, les gardiens du territoire sur lequel se trouve Montréal.

Empreinte d'émotion, la cérémonie s'est déroulée tout juste devant la tente chauffante érigée en hommage à Raphaël André et pour permettre aux itinérants qui fréquentent les environs du square Cabot de se réchauffer et de se reposer.

Des membres de la famille et de la communauté de Raphaël André ont pu visionner la cérémonie en direct sur les réseaux sociaux.

L'ex-commissaire de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles disparues et assassinées (ENFFADA), Michèle Audette, a participé à l’organisation de cette cérémonie.

Ç'a été un gros travail d'équipe, souligne-t-elle.

Raphaël est notre messager

La poétesse Joséphine Bacon a ouvert la cérémonie avec une allocution en langue innue, pendant laquelle elle a notamment remercié les Kanien'kehá:ka pour leur accueil, en plus d'offrir ses pensées à Raphaël André et à Joyce Echaquan.

Le chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador, Ghislain Picard, a lui aussi prononcé quelques mots.

Le droit à la dignité ne devrait pas être fondé sur la condition sociale de qui que ce soit. Ça devrait être notre mot d’ordre. Raphaël est notre messager.

Une citation de :Ghislain Picard, chef de l'APNQL
Michèle Audette et Ghislain Picard devant la tente chauffante du square Cabot.

Michèle Audette et Ghislain Picard.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Paul

D’autres membres de la classe politique étaient présents, comme le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, et la Commissaire aux relations avec les peuples autochtones à la Ville de Montréal, Marie-Ève L. Bordeleau.

Des cadeaux ont été offerts à la nation mohawk et à la directrice générale du Foyer pour femmes autochtones de Montréal, Nakuset, pour souligner le très grand travail qu'elle accomplit, dit Michèle Audette.

Un drapeau de la Nation innue et une plume d'aigle, que Mme Audette a reçue lors des audiences de l’ENFFADA, leur ont été remis.

Nous allons continuer notre travail. Nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir.

Une citation de :Nakuset, directrice générale du Foyer pour femmes autochtones de Montréal

L'aîné de Kahnawake, Charles Otsi'tsaken:ra‎ Patton, a par la suite prononcé une prière.

Vous êtes ici parce que ça vous importe. Nous sommes ici parce que ça nous importe. Nous ne formons qu’un, a-t-il conclu.

Un aîné mohawk entouré de quelques personnes au square Cabot.

Des membres de la communauté de Kahnawake ont partagé des prières et des chants.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Paul

Un autre membre de la communauté de Kahnawake a également entonné quelques chants, accompagné d’un tambour traditionnel.

Une autre cérémonie prévue

La cérémonie de samedi n’a pas été fortement publicisée pour éviter un trop grand rassemblement afin de respecter les mesures de la santé publique en vigueur.

Mais une autre cérémonie devrait être organisée au square Cabot pendant laquelle un Shaputuan, une grande tente traditionnelle innue, sera installé.

On va faire ça dès qu'on aura l'approbation de la santé publique, affirme Michèle Audette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !