•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Racisme en santé : situation complexe mais volonté ferme de l'éradiquer

500 personnes assistent au deuxième dialogue national

Le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, s'adresse aux chefs des Premières Nations réunis à Ottawa.

Le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Respect, dignité, Principe de Joyce, impact du racisme systémique, investissements et égalité réelle entre les peuples autochtones et non autochtones sont les principaux thèmes qui se sont dégagés lors de la deuxième rencontre sur le racisme systémique dans les soins de santé qui a débuté mercredi.

S’il ne veut pas s’avancer sur l’issue d’un deuxième dialogue national, le ministre fédéral des Services aux Autochtones, Marc Miller, s’est dit optimiste. Il s'est aussi montré réaliste.

Les gens veulent des résultats immédiats, mais il faut réaliser que, vu la complexité de la chose, vu la portée et l’enracinement du racisme systémique au sein de notre système de santé, ce n’est pas du jour au lendemain que ça va se régler. Mais ce n’est pas une excuse pour ne rien faire, a lancé Marc Miller.

Des professionnels de la santé et les ordres professionnels ont témoigné mercredi et proposé des pistes de solution devant 500 personnes en ligne.

Jeudi, ce sont les politiciens qui vont s’exprimer, dont le ministre Marc Miller.

Cette rencontre est en fait le deuxième dialogue national sur ce thème. En octobre dernier, le gouvernement fédéral avait convoqué une première réunion d’urgence dans la foulée de la mort tragique de Joyce Echaquan dans un hôpital de Joliette.

Elle avait été marquée essentiellement par des témoignages de professionnels de la santé autochtones venus raconter leurs histoires de racisme systémique.

Cette fois, pour ces deux jours, Ottawa avait demandé aux participants de venir avec des solutions concrètes, car ce sont eux qui vivent cette réalité, des solutions ou des pistes qui seront partagées à l’issue de la rencontre de deux jours.

Ce serait arrogant de présumer qu’il y aura un plan d’action du fédéral à la suite d'une réunion de deux jours, mais clairement il y aura des pistes de solution, la rétroaction de ce qui s’est passé, mais aussi une idée de ce qu’on pourra faire dans le moyen, court et long terme, a précisé Marc Miller.

En entrevue, le ministre a énuméré les thèmes qui s’étaient déjà dégagés, notamment l’importance du leadership du fédéral dans la dénonciation du racisme systémique, le respect, la dignité… tout ça tourne autour des principes de Joyce […] des principes qui mettent l’emphase sur les provinces et le fédéral, mais aussi l’égalité réelle entre les peuples autochtones et non autochtones.

Juste avant la rencontre, un site Internet principedejoyce.com a d’ailleurs été lancé. La population y est invitée à appuyer le Principe de Joyce qui vise, entre autres, à garantir à tous les Autochtones un droit d’accès équitable, sans aucune discrimination, à tous les services sociaux et de santé.

La sortie du site Internet le même jour que la deuxième rencontre nationale sur le racisme systémique n’est pas anodine.

C’est pour dire aux deux gouvernements que le principe de Joyce est là pour apporter des changements dans le système de santé, permettre une sécurisation culturelle dans ce système, a précisé le vice-chef du Conseil des Atikamekw de Manawan, Sipi Flamand, pour qui ce site est un moyen de pression populaire.

Il dit viser davantage le gouvernement québécois, qui a rejeté une motion sur le Principe de Joyce proposé par les libéraux fin novembre.

Du côté du fédéral, il y a beaucoup d’ouverture, a poursuivi Sipi Flamand, mais avec les réactions du gouvernement québécois, nous pensions qu’il fallait faire un peu plus de pression en demandant aux gens d’appuyer le Principe et de partager dans les réseaux sociaux pour rouvrir une discussion là-dessus.

Le problème de champ de compétence – les provinces sont responsables de la santé – est un nœud délicat. Une situation qui a été évoquée dans les discussions par les participants. C’est excessivement compliqué et ça a été souligné!, a concédé Marc Miller.

Toutefois, il assure que les participants ont parlé de cette complexité immense […], mais ce n’était pas dans une optique de découragement, mais d’espoir.

C’est une juridiction jalousement gardée, mais où le fédéral a un rôle important à jouer en tant que leader, surtout en ce qui a trait aux questions autochtones

Une citation de :Marc Miller, ministre fédéral des Services aux Autochtones

Selon lui, les étoiles sont mieux alignées qu’auparavant. Certes, il y a du travail à faire, mais l’intérêt et la volonté politique de le faire de façon concertée [avec les provinces] sans se lancer des flèches constamment sont là, a -t-il assuré, en prenant l'exemple sur la gestion de la COVID-19.

Des représentants, autant des élus que des agents de la fonction publique, de toutes les provinces et les territoires étaient présents à cette première journée de rencontre tout comme plusieurs chefs autochtones, notamment le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec-Labrador (APNQL), Ghislain Picard et le grand chef du Conseil de la nation atikamekw, Constant Awashish.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !