•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Raphaël André : « La communauté est sous le choc », dit le chef McKenzie

Réal Mckenzie en gros plan.

Le chef de Matimekush–Lac John, Réal McKenzie

Photo : Radio-Canada / LAURENCE ROYER

Radio-Canada

Le chef de Matimekush–Lac John, Réal McKenzie, ne mâche pas ses mots concernant la mort de Raphaël André, qui était membre de la communauté innue.

En tant que chef, je suis comme un père de famille, selon la coutume et la tradition. Et c’est toute une famille qui est en deuil, a indiqué jeudi Réal McKenzie.

Actuellement dans une course contre la montre pour convaincre le plus grand nombre de personnes dans sa communauté de recevoir un vaccin contre la COVID-19, dont les doses viennent d’arriver à Schefferville, Réal McKenzie a tenu à gérer lui-même cette triste nouvelle en début de la semaine.

Je suis allé consoler la mère et le père. Ce n’est vraiment pas évident... Sa mère m’a dit que la dernière fois qu’elle lui a parlé, c’était vendredi après-midi. Elle m’a dit qu’il avait une belle voix, qu’il n’était pas en situation de panique, raconte-t-il.

Selon Réal McKenzie, la communauté attend avec impatience les conclusions de l'enquête du Bureau du coroner.

Raphaël André, âgé de 51 ans, a été trouvé mort dans la nuit de samedi à dimanche au centre-ville de Montréal, à quelques mètres d’un refuge qu’il fréquentait. Ce centre était depuis peu fermé le soir en raison d'une récente éclosion de COVID-19 et d'un problème de plomberie.

La question du couvre-feu : un mauvais débat, croit Réal McKenzie

Contrairement à plusieurs organismes communautaires et élus qui se sont prononcés en faveur d’une exemption du couvre-feu pour les personnes en situation d’itinérance, le chef innu ne croit pas qu'il s'agit du cœur du problème.

Est-ce que ça lui aurait sauvé la vie? A-t-il vraiment eu peur des policiers? Je pense que quand les gens sont dans une situation de pauvreté extrême, […] il faut une surveillance plus étroite pour s’assurer qu’ils aient les outils nécessaires pour se loger; s’assurer qu’ils aient un toit, a-t-il fait savoir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !