•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : 380 millions de dollars de plus pour soutenir les Autochtones

Des passants portent un masque dans une rue d'Iqaluit.

Les communautés autochtones vont recevoir une nouvelle aide de la part du gouvernement fédéral.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Alors que la deuxième vague frappe de plus en plus durement les Autochtones, Ottawa annonce un soutien financier supplémentaire de 380 millions de dollars pour aider les communautés à travers le pays. Cette somme entre dans le montant de 1,2 milliard promis par le gouvernement dans le cadre de l'Énoncé économique de l'automne.

Revenant à plusieurs reprises sur l’autonomie laissée par le gouvernement fédéral aux Premières Nations, Métis et Inuit, le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, a également souligné les nombreux efforts entrepris par les communautés pour endiguer la pandémie.

Pour continuer d’appuyer les différentes mesures mises en place censées protéger les populations autochtones, Ottawa alloue ainsi 380 millions de dollars supplémentaires au Fonds de soutien aux communautés autochtones.

Cela garantira un soutien critique continu afin d'appuyer les solutions communautaires sur le terrain pour prévenir la COVID-19, s'y préparer et y répondre, a indiqué le ministre Miller.

Ces fonds pourront être utilisés pour diverses mesures comme la promotion de la sécurité alimentaire, la prestation de services de soutien en matière de santé mentale et la distribution d’équipements d’urgence.

La façade extérieure de l'hôpital.

L'Hôpital général de Qikiqtani, à Iqaluit, au Nunavut

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

631,6 millions de dollars seront aussi alloués pendant deux ans pour soutenir un certain nombre de mesures dans les communautés : l'acquisition d'équipements de protection individuelle, l'adaptation des installations existantes, l'embauche de personnel supplémentaire et la mise en place d'une capacité de pointe en cas de besoin.

Aussi, 186,8 millions de dollars pendant deux ans sont annoncés pour fournir des soins à domicile supplémentaires dans les communautés autochtones.

Hausse des cas

Car les chiffres ne cessent d’augmenter dans les communautés concernant la COVID-19. Ainsi, en date du 12 janvier, Services aux Autochtones Canada dénombrait 11 502 tests positifs et 4284 cas actifs. Le nombre de décès s’élève désormais à 107.

Ces chiffres restent toutefois à prendre avec prudence, puisqu’ils ne comptabilisent pas les populations autochtones urbaines. À Montréal par exemple, 80 % des itinérants autochtones dépistés ont été déclarés positifs à la COVID-19.

Interrogé lors d’une conférence de presse téléphonique, le ministre Marc Miller a souligné que ce sujet est une juridiction partagée avec les provinces.

Il a par ailleurs souligné que des efforts financiers ont été faits pour soutenir les organismes œuvrant en faveur des populations itinérantes autochtones. Il a notamment cité les organismes Résilience et Femmes autochtones du Québec.

Il a également indiqué que, d’ici un ou deux jours, il s’entretiendra avec le ministre québécois des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, à ce sujet.

Entre méfiance et soulagement

Concernant la campagne de vaccination, le ministre Miller est revenu sur la méfiance dont certaines populations font preuve.

Cette méfiance vient avec de bonnes raisons, au vu de ce qui s’est passé autrefois. Cette méfiance est basée sur la réalité, a-t-il dit.

Il est parfois difficile pour les membres de certaines communautés de saisir toute l’information au sujet de la vaccination, surtout lorsqu’ils n’ont pas accès à cette information dans leur langue, ou lorsque quelqu’un d’extérieur à leur communauté vient pour les vacciner.

Marc Miller, ministre des Services aux Autochtones

Le ministre a ainsi plaidé pour un effort continu de coordination et de partenariat. Souvent, lorsque les plus jeunes voient les aînés se faire vacciner, cela les rassure, a-t-il encore précisé.

Valerie Gideon, sous-ministre déléguée des Services aux Autochtones Canada, a toutefois minimisé cette méfiance, indiquant avoir plus souvent entendu les gens se réjouir de l’arrivée du vaccin que le contraire.

Elle compte ainsi sur les professionnels issus des communautés, estimant qu’ils font un bon travail d’information. On se repose sur leur expertise pour adapter le message à chaque communauté.

Par ailleurs, elle a indiqué qu’à sa connaissance, aucune communauté n’a refusé le vaccin ou n'a demandé à l’avoir plus tard.

Le ministre Miller s’est également dit convaincu que 75 % des adultes auront reçu les deux doses de vaccin nécessaire d’ici la fin mars 2021 dans les territoires.

Par ailleurs, le gouvernement a offert à certaines communautés plus proches des grands centres la possibilité d’obtenir le vaccin de Pfizer plutôt que celui de Moderna.

Nous continuerons de respecter leurs préférences, a ajouté le ministre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !