•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chefs encouragent désormais leurs communautés à se faire vacciner

Le vaccin reste un choix personnel mais constitue aussi une responsabilité collective, rappellent certains chefs autochtones.

Une trousse de vaccination.

Le Manitoba a reçu 5300 doses du vaccin Moderna à distribuer aux membres des Premières Nations.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Radio-Canada

Alors que certaines communautés autochtones reçoivent leurs premières doses de vaccin contre la COVID-19, le ministre de la Santé du Nunavut encourage les vaccino-sceptiques à retrousser leurs manches pour protéger les autres.

Se faire vacciner, oui, c'est se protéger. Mais pour moi, il s'agit plutôt de protéger les enfants et ceux qui, pour des raisons de santé ou autres, ne peuvent pas se faire vacciner, a déclaré le ministre de la Santé Lorne Kusugak, à l’émission The Current.

Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) a recommandé que les adultes des communautés autochtones, où la propagation de la COVID-19 peut avoir des conséquences disproportionnées, soient parmi les premiers au pays à se faire vacciner contre le coronavirus.

Au Nunavut, où les ressources médicales sont plus rares, l'apparition de la COVID-19 début novembre a démontré à quel point le virus peut se propager rapidement. Le nombre de cas sur le territoire est passé de zéro à 266 en quelques mois seulement.

Josephee Adams en train de se faire vacciner.

Josephee Adams, 70 ans, membre du Centre des aînés d'Iqaluit, est la première personne vaccinée au Nunavut.

Photo : The Canadian Press / Gouvernement du Nunavut

Le Nunavut a reçu des milliers de doses du vaccin Moderna et les habitants ont commencé à se faire vacciner mercredi, notamment au centre des aînés d'Iqaluit.

Un vaccin salvateur en Colombie-Britannique

La campagne de vaccination a déjà débuté dans d'autres communautés autochtones du pays, notamment au sein de la Première Nation de Tahltan, dans le nord de la Colombie-Britannique, qui comprend trois communautés principales : Iskut, Dease Lake et Telegraph Creek. Là encore, certains responsables ont constaté des réserves vis-à-vis du vaccin.

Feddie Louie, directrice du centre des opérations d'urgence du gouvernement central de Tahltan, a qualifié l'arrivée du vaccin Moderna de salvatrice. Elle-même s'est fait vacciner la semaine dernière.

Nous sommes en quarantaine depuis le premier jour. Cela change la donne. C'est la liberté pour nous.

Une citation de :Freddie Louie, directrice du centre des opérations d'urgence du gouvernement central de Tahltan

Jusqu'à présent, la plupart des aînés de la Première Nation ont été vaccinés, à l'exception de quelques-uns qui aimeraient le faire mais qui en sont privés en raison de leurs antécédents médicaux, a déclaré Mme Louie.

Quant aux membres de la communauté réticents à l'idée de se faire vacciner, Mme Louie les invite à faire les recherches nécessaires.

Je ne suis pas ici pour convaincre qui que ce soit de se faire vacciner. C'est un choix personnel, a-t-elle expliqué. Il est toutefois de la responsabilité de chacun de protéger sa communauté, selon elle.

Encore beaucoup de scepticisme au Manitoba

Au Manitoba, le grand chef Jerry Daniels convient lui aussi de l'importance de la vaccination, en particulier pour protéger les personnes âgées et les personnes dont le système immunitaire est affaibli. Il a toutefois constaté beaucoup de scepticisme parmi les membres des communautés vis-à-vis du vaccin.

Gros plan sur le grand chef, dans une salle.

Le grand chef Jerry Daniels a tenu à rassurer ses concitoyens quant à la fiabilité des vaccins contre la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Il a ajouté qu'il était important que les membres de la communauté comprennent que le vaccin est un outil évalué par les pairs, également analysé en profondeur pour protéger les citoyens les plus vulnérables.

Les Premières Nations de cette province ont été parmi les plus durement touchées par la COVID-19. Au début du mois de décembre, par exemple, ses membres représentaient plus de 40 % des personnes hospitalisées dans les unités de soins intensifs pour des complications médicales liées à la COVID-19.

La province a reçu 5300 vaccins Moderna à distribuer sans délai aux communautés autochtones. Un processus d'enregistrement détermine qui souhaite être vacciné et où les 5300 doses devraient être distribuées.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !