•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les communautés autochtones du pays lancent leurs campagnes de vaccination

Une technicienne remplit une seringue du vaccin contre la COVID-19 sous le regard du premier ministre Doug Ford.

L’Ontario a envoyé son premier lot de vaccins de Moderna, de 50 000 doses, vers le Nord de l’Ontario la semaine dernière.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Laurianne Croteau

Plusieurs communautés autochtones à travers le Canada commencent déjà à vacciner leurs membres les plus vulnérables contre la COVID-19. Mais tandis qu’elles ont été relativement épargnées lors de la première vague, le nombre de cas augmente exponentiellement depuis septembre.

Services aux Autochtones dénombrait 3290 personnes infectées le 4 janvier, pour 9392 cas depuis le début de la pandémie. Le nombre de décès parmi les communautés autochtones est maintenant de 87, tandis que 425 personnes sont hospitalisées.

Le nombre de cas actifs a ainsi augmenté de 1138 cas par rapport à la semaine précédente, et la majorité d'entre eux sont survenus dans les Prairies. Le nombre de cas signalés dans les Premières Nations du Québec a également augmenté depuis le temps des Fêtes.

Tous les yeux sont maintenant rivés sur Ottawa, qui doit distribuer les doses à travers le pays. Plusieurs Premières Nations ont déjà reçu des livraisons du vaccin de Moderna, plus facile à manipuler et à entreposer, et ont commencé à administrer des vaccins cette semaine.

Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) du Canada a déterminé que les adultes des communautés autochtones, où les infections à la COVID-19 peuvent avoir des conséquences disproportionnées, devraient être parmi les premiers au pays à se faire vacciner contre le nouveau coronavirus. Toutes les provinces n’ont toutefois pas adopté cette recommandation.


Provinces des Prairies

Les communautés autochtones des Prairies ont été particulièrement touchées par la deuxième vague de COVID-19 : les trois provinces dénombrent plus de 2000 cas cumulatifs au sein de leurs communautés, ce qui totalise plus des deux tiers des infections dans les communautés autochtones du pays.

Au Manitoba, 5300 doses du vaccin de Moderna seront expédiées aux Premières Nations cette semaine, sur les 7300 doses totales envoyées à la province.

Les communautés isolées, comme Little Grand Rapids, Poplar River et Pauingassi dans le sud, de même que les personnes vivant dans des foyers de soins de longue durée, les personnes âgées et les personnes immunosupprimées, seront priorisées.

Plus tôt en décembre, des chefs des Premières Nations de la province avançaient qu'en accordant la priorité aux populations autochtones du Manitoba, la province pourrait alléger la pression sur son système de santé. Les membres des Premières Nations représentent actuellement un tiers des patients hospitalisés et plus de 40 % des patients des unités de soins intensifs.

Sur les 63 Premières Nations du Manitoba, 54 ont eu des cas de COVID-19.

Un panneau indique la limite du village de Laloche sous un ciel découvert.

Les résidents de La Loche, dans le nord de la Saskatchewan, sont parmi les premiers de la province à avoir reçu le vaccin de Moderna contre la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Bridget Yard

En Saskatchewan, ce sont les régions de l’extrême nord-ouest et l’extrême centre nord qui recevront le premier chargement du vaccin de Moderna au cours des deux premières semaines de janvier. Les travailleurs de la santé et les résidents des centres de soins de longue durée auront la priorité.

Cette première livraison sera ainsi destinée à La Loche, à l’Île-à-la-Crosse et à Beauval, dans l'extrême nord-ouest de la province, ainsi qu’à Fond-du-Lac, Uranium City et Stony Rapids, dans l'extrême nord-centre, qui ont reçu 710 premières doses mercredi. 1290 doses supplémentaires doivent arriver dans les prochaines semaines.

À la fin novembre, 96 cas avaient été déclarés à Fond-du-Lac et 12 cas à Black Lake, touchant un total d’environ 3 % de la population des communautés, un taux bien supérieur à la moyenne provinciale, selon les autorités.

La Fédération des nations autochtones souveraines, qui représente 74 communautés de la Saskatchewan, a d’ailleurs critiqué le plan de distribution de vaccins de la province, qui suit toutes les recommandations du Comité consultatif national de l'immunisation sur les groupes à prioriser, à l'exception des communautés autochtones.

Marie Calf Robe qui se fait vacciner.

La résidente du Siksika Elders Lodge, Marie Calf Robe, reçoit le deuxième vaccin Moderna COVID-19 de Siksika par Chris Sterling, chef de l'équipe de Siksika Health.

Photo : Siksika Nation

En Alberta, la Première Nation de Siksika a commencé à vacciner sa population le jour du Nouvel An. Ce sont les résidents et le personnel du Siksika Elders Lodge, un établissement de soins de longue durée, qui ont reçu les 100 premières doses du vaccin Moderna de la province.

Le niveau actuel de risque de transmission dans la communauté est rouge, ou à haut risque. Le 29 décembre, on y comptait 12 cas actifs, alors que le nombre d’infections total depuis le début de la pandémie s’élève à 323 cas.

Le plan de vaccination place les résidents de 65 ans et plus résidents dans la communauté d’une Première Nation ou Métis à la phase 1B de la campagne de vaccination, en février.


Ontario

L’Ontario a envoyé son premier lot de vaccins de Moderna, de 50 000 doses, vers le Nord de l’Ontario la semaine dernière et doit en envoyer un deuxième cette semaine. Un plan, élaboré conjointement avec la Nation Nishnawbe Aski, doit lancer la campagne de vaccination dans les communautés accessibles seulement par avion.

Les communautés qui longent la côte de la baie James commenceront à vacciner les résidents des centres de soins et les travailleurs de la santé cette semaine.

La Première Nation Sioux Lookout doit recevoir des vaccins en février, selon John Guilfoyle, médecin de l’Autorité sanitaire des Premières Nations de Sioux Lookout, qui supervise la gestion des cas de COVID-19 dans 31 communautés éloignées du nord-ouest de l'Ontario.

On estime à 2 millions le nombre de doses de vaccins qui devraient arriver au cours de l'hiver pendant la première phase du plan de la vaccination, selon la province. À ce jour, 44 centres de vaccination ont été mis en place, selon l'Ontario.


Québec

La vaccination a commencé lundi dans la communauté atikamekw d’Opitciwan, située en Haute-Mauricie. Elle fait face à une importante éclosion depuis une semaine : on y compte 109 cas de COVID-19, dont 75 toujours actifs.

Et à Wemotaci, une autre communauté atikamekw de la Haute-Mauricie, c’est mercredi qu’on a marqué le coup. Elle doit recevoir un total de 1000 doses du vaccin de Moderna d'ici mars. La communauté de Manawan, dans Lanaudière, doit quant à elle commencer sa vaccination dans les deux prochaines semaines.

La communauté mohawk de Kahnawake, près de Montréal, et la communauté huronne-wendat de Wendake, près de Québec, ont commencé à vacciner leurs populations selon l’ordre de priorité du reste de la province, grâce à la proximité avec les centres urbains.

Un homme se fait vacciner.

La campagne de vaccination a été lancée mercredi dans la communauté de Wemotaci, avec la présence du chef, François Néashit accompagné de son épouse, Yvonne Petiquay, qui ont reçu leur dose du vaccin de Moderna.

Photo : Yvon Dubé, CMU Wemotaci

Québec a déterminé que les communautés des Premières Nations feraient partie de la priorité 4, soit les communautés isolées et éloignées qui comportent souvent une forte proportion de personnes ayant des problèmes de santé chroniques et vivant dans des logements exigus, empêchant toute distanciation en cas d’infection.

Il est toutefois fort probable, selon la Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador, que les communautés des Premières Nations soient le premier groupe à recevoir le vaccin Moderna dès qu’il sera disponible, et ce, même si les autres groupes prioritaires (1 à 3) n’ont pas tous été vaccinés.

Les autorités sanitaires se rencontrent demain afin de finaliser le plan de vaccination de la province. On sait toutefois que la vaccination de masse sera privilégiée dans les communautés éloignées pour faciliter le transport et éviter les allers-retours.


Colombie-Britannique

Des campagnes de vaccination sont déjà en cours pour plusieurs Premières Nations de la Colombie-Britannique, notamment celle de Tahltan, dans le nord de la Colombie-Britannique. Les trois communautés principales de la Nation, soit Iskut, Dease Lake et Telegraph Creek, ont reçu 600 doses conjointement.

La plupart des aînés de Tahltan ont déjà reçu le vaccin, à l'exception de quelques-uns qui aimeraient le faire, mais pour qui c’est impossible en raison de leurs antécédents médicaux.

Neuf autres Premières Nations de la province ont pu mettre la main sur les premières doses du vaccin de Moderna, choisies selon le degré d'éloignement par rapport aux centres urbains, et selon les besoins et la disponibilité du personnel de santé.

Les communautés autochtones éloignées et isolées font partie des groupes prioritaires désignés par la province qui doivent être vaccinés entre décembre et février. Les autres communautés autochtones seront vaccinées dans un deuxième temps, entre février et mars.


Provinces atlantiques

La Nouvelle-Écosse a lancé sa campagne de vaccination à la mi-décembre, qui n’inclut pas les membres des Premières Nations dans les groupes prioritaires. Les premières expéditions du vaccin Moderna ont commencé à arriver en Nouvelle-Écosse, par petites doses hebdomadaires, pour un total de 150 000 doses.

Au Nouveau-Brunswick, 1200 personnes seront vaccinées la semaine prochaine, après l'arrivée du premier envoi de vaccin de Moderna dans la province. Une vaste majorité de ces doses sera destinée aux résidents de soins de longue durée, y compris un établissement dans une communauté des Premières Nations.

Les membres des communautés autochtones font partie des groupes prioritaires désignés par la province et doivent être vaccinés d’ici le mois de mars.

L’Île-du-Prince-Édouard a elle aussi inclus les communautés autochtones dans sa liste prioritaire, et doit recevoir ses premières doses du vaccin de Moderna plus tard en janvier.

Et Terre-Neuve-et-Labrador a reçu 2400 doses du vaccin de Moderna la semaine dernière, réservées en grande partie aux résidents des communautés autochtones isolées du Labrador. Une deuxième livraison de 2400 doses est prévue pour la semaine du 11 janvier.


Territoires

Les territoires canadiens ont eux aussi pu mettre la main sur les premières doses des vaccins de Moderna la semaine dernière pour les distribuer aux communautés éloignées et autochtones.

Ils ont été désignés comme prioritaires par Ottawa en raison de leur éloignement et du manque d'infrastructures sanitaires. Les trois territoires ont déclaré qu'ils s'attendaient à recevoir suffisamment de doses du vaccin Moderna pour vacciner 75 % de leur population adulte d'ici mars 2021.

Le Nunavut a lancé sa campagne de vaccination mercredi, en commençant par le centre des aînés à Iqaluit. Des vaccinations auront également lieu dans les foyers de soins de longue durée à Arviat, Gjoa Haven, Igloolik et Cambridge Bay à partir de la semaine prochaine. Le personnel de santé de première ligne est également considéré comme prioritaire.

Pour la suite, les communautés seront choisies en fonction du niveau de risque d’éclosion, de l'accès au soutien médical et du nombre de doses reçues.

Le territoire a reçu ses 6000 premières doses du vaccin le 30 décembre. D'ici la fin mars, le territoire s'attend à recevoir suffisamment de vaccins pour vacciner 19 000 habitants, soit environ 75 % de la population adulte admissible.

Une femme sourit pour la caméra avant ou après s'être fait vacciner.

Caroline Douglas a été la première résidente du foyer pour personnes âgées Jimmy Erasmus de Behchokǫ̀ a se faire vacciner, jeudi matin.

Photo : Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest

Les Territoires du Nord-Ouest a présenté leur stratégie de vaccination à ses 33 communautés mardi. Le plan Immunité pour nos communautés comprend l’ordre de priorité pour recevoir le vaccin de Moderna ainsi que le plan de distribution pour les diverses communautés du territoire.

Les résidents les plus à risque, soit ceux âgés de plus de 60 ans ou qui souffrent de maladies chroniques, les travailleurs de la santé, les résidents qui travaillent régulièrement hors du territoire ou qui vivent dans des communautés éloignées, recevront le vaccin à partir de janvier. Le reste de la population sera quant à elle vaccinée à partir de mars.

À Yellowknife et à Behchokǫ̀, 130 résidents et employés de deux établissements de soins de longue durée ont d’ailleurs déjà reçu une première dose du vaccin le 31 décembre.

Les T.N.-O. ont reçu une première livraison de 7200 doses le 28 décembre, et doivent en recevoir une deuxième la semaine prochaine. Lorsque le territoire recevra son envoi final à la mi-mars, il s'attend à avoir reçu 51 000 doses du vaccin Moderna, suffisamment pour immuniser 75 % de la population adulte.

Agnes Mills en train de se faire vacciner.

Agnes Mills, une aînée de la Première Nation Vuntut Gwitchin qui vient de recevoir l'Ordre du Yukon, a été la première au Yukon à obtenir le vaccin contre la COVID-19.

Photo : gouvernement du Yukon

Et c’est lundi que le Yukon a administré ses premiers vaccins contre la COVID-19, après avoir reçu sa première livraison de 7200 doses la semaine dernière. Deux résidents de l'établissement de soins de Whistle Bend Place, à Whitehorse, ont été les premiers à se faire vacciner lundi après-midi.

Le territoire estime être en mesure de vacciner un peu plus de 9 % de sa population dès le début du mois de janvier, et compte faire vacciner 75 % de la population adulte d'ici la fin mars.

La stratégie de vaccination du Yukon priorise les personnes qui vivent dans des foyers de soins de longue durée, les travailleurs de la santé et les personnes âgées.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !