•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aires protégées : la Nation innue dénonce la démarche de Québec

La rivière est en partie gelée.

Selon les Innus, la démarche de Québec ne respecte pas leurs titres et leurs droits ancestraux.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Gabrielle Paul

La Nation innue dénonce la manière dont le gouvernement du Québec a désigné cette semaine 57 nouvelles réserves de territoires aux fins d’aires protégées (RTFAP) qui ne respecte pas, selon elle, les titres et les droits ancestraux des neuf communautés innues du Québec.

Treize aires protégées ont été créées sur la Côte-Nord, notamment autour de la rivière Moisie, où les Innus de Uashat mak Mani-utenam veulent faire reconnaître leur titre ancestral.

Six autres territoires se trouvent en Abitibi-Témiscamingue et cinq dans le nord de la Mauricie.

Toutefois, la Nation innue déplore de ne pas avoir été considérée pour la désignation de ces aires protégées.

Ça fait des années qu'on travaille à des tables avec les gouvernements pour la sauvegarde du caribou forestier et créer des aires protégées, dit, en entrevue téléphonique, le vice-chef aux relations extérieures à Pekuakamiulnuatsh Takuhikan (le conseil de bande de Mashteuiatsh), Charles-Édouard Verreault. Rien dans nos propositions n'a été retenu.

Nous avons dépensé beaucoup de temps, de ressources et d'argent pour participer à ces tables, ajoute-t-il.

Cette approche systémique ne respecte pas le processus de gouvernance de création d'aires protégés innues, ne respecte pas plus les obligations constitutionnelles de consultation et d'accommodements, et contredit les fondements mêmes de la réconciliation entamée avec les peuples autochtones, peut-on lire dans un communiqué de la Nation innue paru samedi en fin de journée.

La Nation innue regroupe les communautés de Mashteuiatsh, Essipit, Pessamit, Uashat mak Mani-utenam, Ekuanitshit, Nutashkuan, Unamen Shipu, Pakua Shipi et Matimekush-Lac-John.

Le territoire traditionnel des Innus a une superficie de 800 000 kilomètres carrés au Québec et au Labrador.

La Nation innue compte se concerter afin d'élaborer un plan de match, tôt après les Fêtes, dit M. Verreault.

Une insulte

Charles-Édouard Verreault décrit la manière de faire du gouvernement comme insultante.

La semaine dernière, nous avons reçu un avis et nous n'avions même pas 24 heures pour répondre. C'était à prendre ou à laisser. D'autres communautés l'ont appris dans les médias, raconte-t-il.

C'est un manque flagrant de transparence et la sortie de cette semaine n'est rien de moins que de l'improvisation politique qu'il faut dénoncer, a écrit le vice-chef dans le communiqué paru samedi.

Comment le gouvernement du Québec peut-il ignorer les nations qui connaissent le mieux ces territoires et qui peuvent en être de parfaits partenaires. C'est une insulte pour la Nation innue.

Une citation de :Charles-Édouard Verreault, vice-chef de Mashteuiatsh, dans un communiqué

La Nation innue souligne toutefois qu'elle se réjouit des nouvelles aires protégées circonscrites dans les territoires cris, inuit et naskapi.

Québec a annoncé cette semaine que 23 réserves ont été désignées conjointement avec la Grande Alliance, qui gouverne le territoire cri d’Eeyou Istchee Baie-James. La superficie totale de ces nouvelles réserves s'élève à 80 000 kilomètres carrés.

On se rend compte que, pour [ceux concernés par la Convention de la Baie-James], les discussions sont plus faciles, remarque le vice-chef Verreault. Au Québec, c'est deux poids, deux mesures : il y a ceux qui sont conventionnés et il y a les autres communautés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !