•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Déclaration des Nations unies est la clé vers la réconciliation, selon des leaders cris

Ted Moses et Romeo Saganash lors d'une audience.

Le grand chef du Grand Conseil des Cris, Ted Moses, en compagnie de Romeo Saganash, du Grand Conseil des Cris, en 2000. Les deux hommes ont participé à l'élaboration de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Le dépôt du projet de loi visant la mise en oeuvre au Canada de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones (DNUDPA) est accueilli favorablement par des leaders cris, dont Ted Moses, qui a participé à l'élaboration de la Déclaration. Pour le Gouvernement de la Nation Crie, l'adoption de C-15 est même la clé menant à la réconciliation.

Un texte de Susan Bell, CBC News

De pair avec Romeo Saganash, l'ancien grand chef du Grand Conseil des Cris Ted Moses a joué un rôle essentiel dans la rédaction de la Déclaration des Nations unies, qui s'est étendue sur plusieurs années. Il se dit maintenant heureux de voir que la Déclaration a une seconde chance d'avoir force de loi au Canada grâce au dépôt de C-15.

Ça me rendrait très, très heureux que le projet de loi soit adopté. Il est plus que temps, a indiqué Ted Moses.

Adoptée en 2007 par l'Assemblée générale des Nations unies, la DNUDPA est un cadre qui affirme les droits des peuples autochtones à la langue, à la culture, à l'autodétermination et aux terres traditionnelles. Elle établit également des normes minimales pour la survie et le bien-être des peuples autochtones, selon l'ONU.

Le projet de loi C-15, déposé par le ministre de la Justice David Lametti le 3 décembre, s’inspire largement du projet de loi d'initiative parlementaire, déposé en 2018 par Romeo Saganash lorsqu'il était député néo-démocrate. Il avait été adopté par la Chambre des communes, mais était mort au feuilleton après avoir été bloqué par les sénateurs conservateurs en juin 2019.

Les conservateurs craignaient alors que le projet de loi de M. Saganash n'octroie trop de pouvoir aux Premières Nations en leur donnant un droit de veto sur les projets de développement. Pour Ted Moses, il s'agit d'une crainte qui date d'une autre époque.

L'objectif de la Déclaration, ce n'est pas un veto. C'est plutôt de créer un standard selon lequel les Premières Nations puissent au moins avoir l'occasion de profiter des projets qui touchent leur territoire.

Une citation de :Ted Moses, ancien grand chef du Grand Conseil des Cris

M. Moses cite la Nation Crie du Québec comme exemple pour illustrer la manière dont les projets d'extraction de ressources peuvent aller de l'avant, tout en respectant les Autochtones.

Par le biais de traités et d'ententes successives, comme la Convention de la Baie-James et du Nord québécois signée en 1975 et la paix des braves signée en 2002, entre autres, les gouvernements et les promoteurs se doivent de consulter les Autochtones. Les promoteurs doivent aussi soumettre leurs projets à un processus d'évaluation environnemental pour obtenir une approbation, explique Ted Moses.

Quand on fait les choses convenablement, comme c'est le cas des Cris, le développement peut profiter à tout le monde.

Ted Moses et Bernard Landry sont assis et s'échangent le texte de l'entente pour le signer.

Ted Moses, grand chef du Grand Conseil des Cris, et Bernard Landry, premier ministre du Québec, au moment de signer la paix des braves, en février 2002.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Pour Bill Namagoose, directeur général du Gouvernement de la Nation Crie, le projet de loi C-15 est un pas en avant considérable et reflète l'importance de la Commission de vérité et réconciliation.

Cette législation contribuera à garantir une réponse aux injustices historiques, au colonialisme et aux cas de discrimination systémique, a déclaré M. Namagoose par communiqué.

Pour le grand chef actuel de la Nation Crie, Abel Bosum, C-15 est un cadre essentiel pour la réconciliation.

Nous sommes extrêmement heureux de voir cette législation déposée, a déclaré le grand chef Bosum par communiqué, ajoutant que les Cris sont particulièrement reconnaissants envers Ted Moses et Romeo Saganash pour leur travail à la rédaction de la DNUDPA.

C'est aussi grâce à leurs efforts que la Nation Crie a obtenu le statut d'organisation non gouvernementale auprès des Nations unies en 1987. Ted Moses, qui est actuellement président du Secrétariat aux alliances économiques Nation Crie Abitibi-Témiscamingue, a également été ambassadeur aux Nations unies pendant de nombreuses années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !