•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sénateur autochtone Murray Sinclair quittera le Sénat en janvier

Le sénateur pose dans les corridors du parlement.

Portrait de sénateur et de l'ancien juge à la retraite Murray Sinclair

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Le sénateur autochtone Murray Sinclair tire sa révérence : cinq ans après sa nomination par le premier ministre Justin Trudeau, en 2016, l’ancien commissaire en chef de la Commission de vérité et réconciliation quittera la Chambre haute le 30 janvier prochain.

Dans un bref communiqué, son bureau indique que M. Sinclair entend se concentrer sur le mentorat en matière de droit autochtone, en plus de travailler à la rédaction de ses mémoires.

En août dernier, le sénateur Sinclair avait annoncé qu’il se joignait au plus grand cabinet de droit autochtone du Manitoba, Cochrane Saxberg LLp, tout en conservant son siège au Parlement.

Dans une lettre adressée à la gouverneure générale pour annoncer son départ, il écrit que mon mandat de sénateur a été une opportunité remarquable pour servir les gens du Manitoba, ce que j’ai tenté de faire avec fierté et humilité au cours des cinq dernières années.

Le sénateur dit avoir notamment travaillé à revitaliser et à protéger les langues autochtones, à réformer le système de protection à l’enfance des Premières Nations, à mettre sur pied une Journée nationale de vérité et de réconciliation, et à inclure la reconnaissance des droits garantis par traités dans les serments prononcés par les nouveaux Canadiens.

Je quitte le Sénat en étant heureux de la façon dont les choses progressent, et en sachant que la réconciliation prendra du temps. Je vais continuer d’y travailler pour le reste de mes jours, écrit encore M. Sinclair dans la lettre adressée à la gouverneure générale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !