•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

542 millions $ de plus d'Ottawa pour réformer les services aux enfants autochtones

38 % des enfants autochtones vivent dans la pauvreté, comparativement à 7 % des enfants au Canada.

Les enfants autochtones comptent pour moins de 10 % de tous les enfants de 0 à 14 ans, alors qu’ils représentent plus de 50 % de tous les enfants placés en famille d'accueil au Canada.

Photo : François Pesant

Radio-Canada

Ottawa injecte un financement supplémentaire d’un demi-milliard de dollars, qui permettra ultimement aux communautés autochtones de prendre le contrôle de leur système de protection de l'enfance.

Cette somme permettra la livraison et la modernisation des services à l’enfance et à la famille et servira principalement à renforcer les capacités des administrations autochtones, pour élaborer des lois et des modèles de prestation ou encore recruter des experts.

Elle s'ajoute à une enveloppe de plus de 3 milliards de dollars investis depuis 2019 dans le cadre de l'élaboration conjointe de la mise en œuvre de la Loi concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuit et des Métis (C-92), entrée en vigueur le 1er janvier.

Nous tenons notre promesse de leur [les Premières Nations, les Inuit et les Métis] donner le soutien dont ils ont besoin pour garder les enfants dans leurs familles et leurs communautés, a déclaré Justin Trudeau, en ajoutant que ces enfants pourront ainsi grandir au sein de leur propre culture et réaliser leur plein potentiel.

Les enfants autochtones comptent pour moins de 10 % de tous les enfants de 0 à 14 ans, alors qu’ils représentent plus de 50 % de tous les enfants placés en famille d'accueil au pays, selon les données du Recensement de 2016.

Cette statistique avait été qualifiée de choquante par le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, qui admet qu’il y a encore un long chemin à parcourir, mais l'annonce d'aujourd'hui est un pas en avant vers le respect de cette promesse.

Le gouvernement du Québec conteste devant les tribunaux la constitutionnalité de la loi fédérale qui prévoit le transfert de responsabilités et de la gestion de la protection de la jeunesse aux Autochtones. Le Québec juge qu'elle constitue une appropriation du champ de compétence exclusif des provinces en matière de services sociaux et de protection de la jeunesse.

À ce sujet, le chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL), Ghislain Picard, regrettait ce geste malhabile, pour ne pas dire malhonnête du gouvernement Legault.

D’un côté, le Québec prétend favoriser l’autonomie des Premières Nations, d’un autre, il bloque le processus du gouvernement fédéral qui vient confirmer cette autonomie, soulignait-il en entrevue à Radio-Canada en décembre 2019.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !