•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Refus à Québec d’une motion portant sur le Principe de Joyce

Le député libéral Gregory Kelley.

Le député libéral Gregory Kelley

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

La Coalition avenir Québec (CAQ) a refusé la motion proposée par le député libéral Gregory Kelley.

La motion demandait à ce que l’Assemblée nationale se remémore le décès de Joyce Echaquan, survenu il y a près de deux mois à l’hôpital de Joliette, et que les parlementaires adhèrent au Principe de Joyce et le mette en œuvre.

La motion avait aussi pour but que l’Assemblée souligne le fait qu'il était de la responsabilité de tous de lutter contre le racisme systémique et que la majorité des recommandations du Principe vise les compétences du gouvernement provincial. La CAQ nie depuis son arrivée au pouvoir qu'il existe du racisme systémique au Québec. Le sort de la motion était donc d'ores et déjà scellé avant même son dépôt.

C’est très clairement écrit dans le Principe de Joyce que la nation atikamekw et la communauté de Manawan veulent que l’Assemblée nationale du Québec prenne acte, mette en œuvre les recommandations du rapport et en fasse un suivi; c’est pourquoi j’ai décidé de déposer une motion, a expliqué Gregory Kelley.

Le porte-parole de l’opposition officielle en matière d’affaires autochtones trouvait très important un débat à l'Assemblée nationale. Dans le Principe de Joyce, les gouvernements fédéral et provincial sont notamment interpellés pour reconnaître le racisme systémique dont sont victimes les Autochtones. 

Le gouvernement provincial refuse toujours de reconnaître l’existence du racisme systémique. Mais il a décidé de créer une table conjointe avec les Premières Nations, qui ferait du Principe de Joyce un dossier prioritaire, selon le chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL), Ghislain Picard. 

Sauf que, d'après Gregory Kelley, si le gouvernement veut vraiment discuter du Principe de Joyce, il doit s'engager et reconnaître le racisme systémique. 

Avec cette motion, je demandais au gouvernement de dire si oui ou non il accepte le Principe de Joyce, car selon moi, c’est impossible de faire le suivi du Principe de Joyce quand on dit qu’il n’y a pas de racisme systémique au Québec, c’est impossible, a lancé le député.

Le débat n'a donc pas eu lieu, puisque la motion a été refusée.

Je suis un petit peu déçu, mais le travail continue. On va pousser le gouvernement pour mettre en oeuvre le Principe de Joyce.

Une citation de :Gregory Kelley

Parmi les options envisagées, le représentant de Jacques-Cartier veut continuer de poser des questions au gouvernement. Il pourrait déposer aussi un projet de loi privé sur le Principe de Joyce, le minimum que Gregory Kelley dit devoir faire comme député et critique dans le dossier.

Il y a un peu plus d’une semaine, le Conseil des Atikamekw de Manawan et le Conseil de la Nation Atikamekw ont déposé un mémoire à Québec et Ottawa visant à faire valoir les droits des Autochtones au Québec et au Canada en matière de santé et de services sociaux.

Le document définit le Principe de Joyce, en référence à Joyce Echaquan, morte le 28 septembre à l'hôpital de Joliette dans des circonstances troublantes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !