•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID19 : Les cas explosent chez les P. N. de la Saskatchewan et de l'Alberta

« C’est sérieux », dit Marc Miller.

Marc Miller s'adresse aux médias.

Le ministre des Services aux Autochtones Marc Miller.

Photo : Radio-Canada

Le gouvernement fédéral injecte 120 millions de dollars d’argent frais pour aider les communautés des Premières Nations de la Saskatchewan et de l'Alberta, qui voient le nombre d'infections à la COVID-19, grimper.

Actuellement, 1174 cas de COVID-19 sont actifs dans les communautés des Premières Nations vivant dans les réserves, portant le total à 2853 cas depuis mars dont 25 décès.

C’est quatre fois plus fort que la première vague, c’est sérieux!

Marc Miller, ministre des Services aux Autochtones

Étant donné les augmentations préoccupantes des cas en Alberta (859 cas) et en Saskatchewan (728) – les deux provinces qui comptent le plus de cas de contamination dans les Premières Nations dans les réserves – Ottawa a décidé de leur venir en aide.

Les 120 millions de dollars iront notamment pour les soins infirmiers, les équipements de protection, la sécurité alimentaire, le financement d’infrastructures pour couvrir les besoins de plus en plus grands en hébergement pour les personnes devant s’isoler.

Les organismes autochtones en milieu urbain auront aussi une part de ces nouvelles sommes.

Les tendances sont alarmantes. Plus faible que le taux moyen canadien, mais il faut tenir la COVID loin, a lancé le ministre fédéral des Services aux Autochtones, Marc Miller.

Car les vulnérabilités chez les Premières Nations existent déjà. Elles sont exacerbées dans les milieux urbains, notamment à Winnipeg, où des hospitalisations sont élevées et touchent de manière disproportionnée les Autochtones.

La semaine dernière, le fédéral avait déjà annoncé plus de 61 millions de dollars pour aider les communautés autochtones du Manitoba à limiter la propagation du coronavirus, à la fois dans les réserves et en dehors des réserves.

Difficulté d’avoir un portrait global

Si le nombre de contaminations parmi les membres des Premières Nations fourni par Ottawa est déjà alarmant, il ne reflète même pas la réalité sur le terrain, selon Marc Miller.

On a un portrait imparfait des infections au Canada. Nos données sont limitées, ce sont seulement les cas sur réserves. La réalité pour les membres des Premières Nations est probablement beaucoup plus élevée, a-t-il indiqué.

Difficile donc, a précisé Marc Miller, de répondre adéquatement et d’adapter l’intervention pour aider les communautés autochtones à rester en bonne santé. 

Le ministre s'est aussi dit prêt à répondre de façon stratégique et directe pour aider les communautés dans les autres provinces qui, sûrement, vont être affectées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !