•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des vestiges archéologiques de 10 000 ans trouvés à La Martre

Une pointe de flèche dans la paume d'une main.

Les fouilles archéologiques réalisées à La Martre ont notamment permis de trouver des vestiges d'outils.

Photo : François Guindon

Des fouilles archéologiques menées à La Martre en octobre dernier ont permis de récupérer plusieurs vestiges de la vie des premiers colons, mais aussi des Premières Nations qui occupaient le secteur il y a 10 000 ans.

La Martre, c'est un endroit vraiment très spécial au Québec. C'est un des sites archéologiques les plus anciens qu'on connaît, souligne l'archéologue consultant François Guindon, en entrevue à l'émission Bon pied, bonne heure.

La Martre, pour l'âge des vestiges, c'est pas mal trippant d'être là. C'est un site un peu mythique dans l'histoire de la recherche archéologique au Québec.

François Guindon, archéologue consultant

Celui qui a mené les premières fouilles, qui doivent être réalisées avant le début des travaux du futur réseau d'aqueduc du village, indique que les vestiges de l'activité autochtone sont probablement âgés de 9000 ou 10 000 ans.

On n'a toujours pas de date au carbone 14 pour le confirmer, mais on a pas mal d'information qui nous permet d'estimer cet âge-là, et ce sont des vestiges qu'on retrouve un peu partout dans le village; il y en a vraiment beaucoup, précise l'archéologue.

Le village de La Martre vu des montagnes qui l'entourent.

« Le village est superbe, avec le phare et les différents paliers, je trouve ça tellement beau. J'y retournerais n'importe quand juste pour profiter du paysage », affirme l'archéologue François Guindon.

Photo : François Guindon

En effet, depuis les toutes premières fouilles archéologiques menées à La Martre à la fin des années 1950, aucune trace de charbon pouvant être analysée n'a encore été trouvée.

Les gens faisaient des feux, qui produisaient du charbon et des cendres, et c'est ce qu'on soumet pour des datations au carbone 14, explique M. Guindon. Malheureusement, lorsqu'il y a du labourage, ça mélange tout ça et ça favorise la décomposition des matières organiques comme le charbon. Jusqu'à maintenant, on n'a toujours pas trouvé même un petit lambeau restant de foyer, ajoute-t-il.

C'est un peu comme le Saint Graal, les archéologues qui passent par La Martre espèrent tous que ça va être eux qui v[ont] trouver un lambeau de foyer, lance M. Guindon en riant.

L'utilité des outils mal aimés

Il n'y a pas que le charbon qui intéresse les archéologues.

Les fouilles menées par M. Guindon et son équipe en octobre dernier ont notamment permis de déterrer des sous-produits de la taille de pierre pratiquée par les Autochtones.

Une pointe de lance en pierre, trouvée à La Martre en octobre 2020.

Les Autochtones fabriquaient des outils bifaciaux, comme cette pointe de lance.

Photo : François Guindon

C'était une activité très importante à La Martre, explique l'archéologue. Il y avait une source de pierre qui était exploitée à travers les millénaires et qui permettait aux gens qui fréquentaient le secteur de faire des réserves en outils, précise-t-il.

Ce qu'on voit souvent, c'est que ce ne sont pas des outils finis, ils étaient en cours de fabrication et ont été brisés, et quand les outils étaient brisés, ils étaient laissés sur place.

François Guindon, archéologue consultant

L'équipe a également fait une nouvelle découverte à La Martre : des vestiges d'habitations coloniales utilisées par des pêcheurs et des agriculteurs.

On en a fort probablement du 19e siècle et du tout début du siècle, donc on va être capables d'aller chercher un échantillon de l'évolution des conditions de vie des premiers colons, se réjouit M. Guindon.

D'autres fouilles à venir

À l'approche des travaux de construction du futur réseau d'aqueduc de La Martre, d'autres fouilles archéologiques auront lieu dans le village.

Une femme mène des sondages archéologiques près de la rivière La Martre, en octobre 2020.

M. Guindon affirme que les fouilles archéologiques se poursuivront à de nombreux endroits à La Martre.

Photo : François Guindon

On va fouiller à l'avance les parties qui seront à creuser pour les conduites d'eau, explique M. Guindon.

Ça risque d'être en même temps que le creusement des conduites, ajoute-t-il.

On va sortir les vestiges et enregistrer toutes les informations qu'on peut pour minimiser l'impact du projet. Donc, ça va impliquer de petites fouilles un peu partout dans le village.

François Guindon, archéologue consultant

L'archéologue ajoute que la richesse archéologique de La Martre pourrait servir au développement du village.

L'archéologie, ce n'est pas juste de l'histoire, c'est aussi du développement, de la muséologie, des produits d'appel pour le tourisme. Il y a une valeur économique à ça, estime M. Guindon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !