•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec annonce une table politique conjointe avec les Premières Nations

 Ian Lafrenière et Ghislain Picard se sont adressés aux médias ce matin.

Ghislain Picard, le chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL), et Ian Lafrenière, ministre responsable des Affaires autochtones, ont annoncé la mise en place d'une table conjointe entre Québec et l'APNQL.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le ministre responsable des Affaires autochtones du Québec, Ian Lafrenière, annonce la création d’une table politique conjointe avec les Premières Nations.

Il en a fait part lors d’un point de presse mardi, après une rencontre entre le chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL), Ghislain Picard, et le premier ministre François Legault.

Le ministre soutient qu’il s’agit d’un moment important et que cette table politique est du très concret qui permettra de faire le suivi de part et d’autre et un dialogue de nation à nation.

Oui, on veut travailler, oui on veut avancer, mais on veut le faire ensemble.

Une citation de :Ian Lafrenière, ministre responsable des Affaires autochtones

M. Lafrenière évoque même la possibilité de rencontres hebdomadaires.

De son côté, Ghislain Picard avance qu’il s’agit de la formalisation d’un processus politique sous la forme d’une table Québec-Premières Nations dont les dossiers abordés devront être précisés lors des prochaines semaines. Pour Ian Lafrenière, l'ensemble des dossiers jugés importants, prioritaires, par les Premières Nations seront étudiés. Il ajoute que des suivis seront également assurés.

Ghislain Picard soutient toutefois que cette initiative ne remplace pas les processus qui pourraient impliquer des nations en particulier avec le gouvernement du Québec, mais qu’elle sera un lieu de convergence des dossiers avec des préoccupations communes.

On s’est entendus sur le principe, mais le comment, on se laisse le temps de le développer ensemble. C’est vraiment une politique d’ouverture et de la main tendue qu’on a aujourd'hui.

Une citation de :Ian Lafrenière, ministre responsable des Affaires autochtones

Changement de ton

Plus tôt cet automne, une rencontre prévue entre le premier ministre François Legault et le chef Ghislain Picard avait échoué. Elle devait avoir lieu quelques jours après la mort de Joyce Echaquan sur son lit d’hôpital dans des circonstances nébuleuses. Le chef Picard aurait souhaité que les chefs atikamekw y prennent part, mais le premier ministre Legault avait soutenu que c’était impossible de recevoir trois personnes en raison de la crise sanitaire.

Maintenant, Ghislain Picard soutient que lui et le gouvernement avaient le choix de continuer à entretenir un dialogue de sourds pour les deux prochaines années ou bien de trouver les bonnes conditions pour progresser vers une relation qui sera fructueuse.

Pour nous, c’est de se créer un espace commun [...] Ce qui est important, c’est surtout que le premier ministre ait accepté le fait que la table politique se rapporte directement à lui, comme premier ministre, et de notre côté, la table se rapporte aux 41 chefs de notre côté de la table, mentionne M. Picard.

C’est un progrès important, car ça engage le bureau du premier ministre sur des questions qui sont hautement importantes pour l’ensemble de nos Premières Nations.

Une citation de :Ghislain Picard, chef de l'APNQL

À la veille de la rencontre, des conseils atikamekw ont présenté aux gouvernements provincial et fédéral un mémoire qui définit le Principe de Joyce. Il a pour objectif de veiller à ce que les Autochtones bénéficient de services de santé équitables, exempts de discrimination. Ghislain Picard soutient qu'il s'agit d'un dossier prioritaire selon lui pour la nouvelle table.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !