•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau nom pour les équipes sportives masculines de l'Université McGill

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Les joueurs des Redmen de l'Université McGill embarquent sur le terrain du PEPS de l'Université Laval avant de se mesurer au Rouge et Or.

Les équipes sportives masculines de l'Université McGill porteront désormais le nom de Redbirds.

Photo : Facebook / Redmen de l'Université McGill

Radio-Canada

Les équipes sportives masculines de l'Université McGill porteront désormais le nom de Redbirds.

L’annonce a été effectuée mardi par l'établissement universitaire montréalais, plus d’un an après avoir retiré le nom de Redmen.

Cette décision était survenue en avril 2019, à la suite de témoignages d’étudiants autochtones qui affirmaient que ce nom leur procurait un sentiment d’injustice.

Dans un communiqué, l'université montréalaise a affirmé que le nom a été adopté avec l'objectif de rendre hommage à sa tradition tout en unissant la communauté de McGill.

Fabrice Labeau, coprésident du comité de dénomination des équipes sportives masculines, a indiqué que plusieurs noms ont été soumis pendant le processus, mais que celui des Redbirds s'est imposé en raison des liens historiques avec l'université.

On pense qu'avec Redbirds, on a quelque chose qui marche bien, qui trouve un bel équilibre entre le nom des équipes masculines et féminines : Redbirds et Martlets. Redbirds, ça évoque les oiseaux rouges qu'on voit sur le blason de l'université. Ça évoque beaucoup de choses dans le passé, mais aussi notre présent, a expliqué le professeur et directeur adjoint aux études et à la vie étudiante de McGill.

Le nom a été utilisé par les équipes de ski dans les années 1920 et 1930 et plus récemment par l'équipe de baseball. Un tournoi de basketball a également été connu sous le nom de Redbird Classic, alors que le principal magasin de sport de l'établissement universitaire se nomme Redbirds Sports Shop.

Le comité a reçu 1238 propositions avec au total 230 noms.

La consultation a pris pas mal de temps parce qu'on voulait une consultation aussi ouverte que possible, a-t-il précisé. Les réactions qu'on a eues aux premières annonces ont été positives. Les athlètes et anciens athlètes qui m'ont répondu avaient des réactions positives.

Un pas dans la bonne direction

Pour Tomas Jirousek, ancien commissaire aux affaires autochtones de l’Association étudiante de McGill, qui a dirigé la campagne pour changer le nom des équipes de l'université, cette annonce est un pas dans la bonne direction afin de faire face à l'héritage du nom Redmen, mais ce n'est pas la fin de la discussion.

Il y a tant de choses à dire de plus. Le nom Redmen a ostracisé et isolé les étudiants autochtones pendant des décennies. Ça ne disparaît pas en un claquement de doigts. Beaucoup de travail reste à accomplir, comme améliorer les services aux étudiants autochtones, l'embauche de plus de professeurs autochtones et l'agrandissement du Département des études autochtones, a énuméré en entrevue à Radio-Canada Sports celui qui a été major de sa promotion l'été dernier et qui poursuit des études de droit à l'Université de Toronto.

Selon Tomas Jirousek, membre de la Première Nation Kainai, en Alberta, c'est l'appui des étudiants non autochtones et de membres non autochtones de la communauté qui a fait basculer un débat qui remontait aux années 1970.

C'est venu de personnes non autochtones qui se sont tenues debout avec nous pour dire que les Autochtones ont leur place dans une institution postsecondaire comme McGill et qu'ils ont le droit d'y être, a-t-il ajouté.

L'abandon du nom historique des équipes sportives par McGill le rend extrêmement fier et cela démontre que les Autochtones et non Autochtones avancent ensemble vers la réconciliation.

De son côté, le chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL), Ghislain Picard, avance qu’il s’agit d’un enjeu qui a fini par faire consensus et que cette action ne peut qu’être appuyée.

(Avec les informations de Michel Chabot et de Josh Grant)

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !