•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Le racisme a tué Barbara Kentner », clame un groupe de manifestants à Thunder Bay

Le groupe Not One More Death a organisé mardi une manifestation en soutien à la famille de Barbara Kentner, tandis que le procès de l’homme accusé de l'avoir tuée se tient depuis lundi à Thunder Bay.

Une femme porte une pancarte sur laquelle il est écrit “Justice pour Barbara Kentner“.

Sierra Grouette-McDougall a manifesté son soutien à la famille de Barbara Kentner et dénoncé le racisme, à Thunder Bay, en Ontario, mardi.

Photo : Radio-Canada / Jody Porter/CBC

Radio-Canada

La mort d’une femme autochtone, Barbara Kentner, atteinte par une boule d’attelage lancée depuis un véhicule en marche en 2017, est un exemple des nombreux actes de racisme envers les communautés autochtones ayant encore cours à Thunder Bay, en Ontario, selon Ma-Nee Chacaby, une aînée anishinaabe.

Mme Chacaby fait partie des manifestants qui se sont rassemblés dans un parc en soutien à la famille de la victime, tout près de l'hôtel où se déroule le procès de l'homme qui a lancé le projectile.

Je suis ici pour rendre hommage à Barbara Kentner, mais aussi pour dénoncer cet exemple de racisme qui continue de se produire a déclaré Ma-Nee Chacaby, qui est la porte-parole du groupe Not One More Death.

En janvier 2017, Barbara Kentner, membre de la Nation Ojibwée de Wabigoon Lake, se promenait dans un quartier résidentiel de Thunder Bay en compagnie de sœur quand elle a croisé la route de son agresseur. Touchée à l'abdomen, la mère de famille a subi une opération, mais elle est décédée un peu plus de cinq mois plus tard, laissant derrière elle sa fille de 16 ans.

J'espère que Barbara obtiendra justice. Mais selon moi, cela ne pourra se faire que si on accepte de travailler sur le problème du racisme.

Ma-Nee Chacaby, membre de Not One More Death
Des photos de Barbara Kentner.

Des photos de Barbara Kentner présentées lors de ses funérailles à Thunder Bay, en juillet 2017.

Photo : CBC/Jody Porter

La mission première de ce groupe Not One More Death est notamment de rendre compte des taux effrayants de décès prématurés chez les Autochtones, mais aussi chez les personnes racisées à Thunder Bay.

Une santé fragile, plaide la défense

Le procès de Brayden Bushby, 21 ans, accusé d’homicide involontaire et de voie de fait grave en lien avec la mort de Barbara Kentner, a commencé lundi à Thunder Bay.

Une des personnes qui était avec lui et à bord de la voiture au moment des faits a témoigné et affirmé que M. Bushby avait bien lancé la boule d'attelage sur cette femme et qu'il en avait ri par la suite.

Mais selon l'avocat de Brayden Bushby, cette agression n'est pas un facteur déterminant dans la mort de Mme Kentner. Celui-ci avance l’argument que la mère de famille autochtone avait déjà une santé fragile et était donc susceptible de mourir. Le projectile lancé par M. Bushby ne serait donc pas la cause directe de sa mort, selon la défense.

Cet argument du "crâne fragile" a également été utilisé par le gouvernement canadien et les églises au tribunal pour essayer de détourner la responsabilité des dommages causés par les pensionnats, et en faisant valoir que les enfants autochtones détenus subissaient déjà des abus et des négligences avant leur incarcération, a écrit Max Haven, professeur à l'Université de Lakehead, dans un article sur cette affaire, publié dans le Canadian Dimension, en septembre.

Thunder Bay assassine peu à peu les Autochtones, puis les blâme pour leur propre mort

Max Haven, professeur et membre de Not One More Death

Rupture traumatique de l'intestin grêle

Le Dr Toby Rose, médecin légiste, qui a procédé à l'autopsie de Barbara Kentner, a quant à lui déclaré mardi que la cause de sa mort demeure compliquée.

Le Dr Rose a précisé à la cour que Mme Kentner est morte d'une pneumonie. Mais que cette pneumonie était le résultat d’une rupture traumatique au niveau de l'intestin grêle, relevant d’une blessure provoquée par un objet contondant au niveau de l'abdomen. Il a également précisé que la maladie chronique du foie dont souffrait Mme Kentner avait certainement contribué à sa mort, mais n'en était pas la cause.

L'avocat de la défense de M. Bushby doit contre-interroger le Dr Rose mercredi. Dans son discours d'ouverture, George Joseph a notamment déclaré à la cour qu'il allait s'efforcer de prouver que d'autres facteurs importants ont contribué à la mort de Mme Kentner.

Thunder Bay a un problème de racisme

Pour Trevor Weenink, membre du groupe Not One More Death, il est important de ne pas laisser le procès détourner l'attention du problème sous-jacent auquel la ville est confrontée, à savoir que les populations autochtones sont de manière disproportionnée les cibles du racisme et de la violence à Thunder Bay et qu'elles continueront à l'être à moins d'un changement significatif.

Ce changement n'aura pas lieu si nous continuons de nier, si nous permettons à nos dirigeants de nier, qu'il y a un problème de racisme dans cette ville, a déclaré M. Weenink. Thunder Bay a un problème de racisme.

Un homme masqué porte une pancarte.

Trevor Weenink, membre de Not One More Death, a manifesté mardi en soutien à la famille de Barbara Kentner.

Photo : Radio-Canada / Jody Porter/CBC

Le pathologiste est le dernier témoin dans le procès de Brayden Bushby, qui doit se terminer jeudi.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !