•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une rencontre entre Kahnawake et Québec marquée par l'ouverture

La cheffe du Conseil mohawk de Kahnawake, Gina Deer, posant devant une affiche avec l'inscription Kahnawake.

La cheffe du Conseil mohawk de Kahnawake, Gina Deer

Photo : Crédit : Le Conseil mohawk de Kahnawà:ke

Le Conseil mohawk de Kahnawake se dit satisfait de sa première rencontre avec le nouveau ministre responsable des Affaires autochtones du Québec.

Une rencontre virtuelle s'est tenue entre trois chefs du Conseil mohawk de Kahnawake et le nouveau ministre Ian Lafrenière mercredi. Pendant 1 h 30, il a été question notamment de développement économique, des recommandations de la commission Viens et d'un cadre définissant l'avenir du travail conjoint.

La réunion a été très prometteuse, affirme Gina Deer, responsable notamment du développement économique, des relations gouvernementales externes et de l'environnement au Conseil mohawk de Kahnawake.

Il semble qu'il y aura désormais une communication plus ouverte entre Kahnawake et Québec.

La rencontre a débuté par un petit cours d'histoire sur le peuple mohawk et Kahnawake, y compris la signification du Two Row Wampum, le Wampum à deux voies, symbole d'autodétermination et de coexistence.

Nous avons pris le temps au début de la réunion de lui expliquer qui nous sommes, notre histoire, et pourquoi nous avons tant de problèmes avec les autres gouvernements.

Gina Deer, cheffe du Conseil mohawk de Kahnawake

Gina Deer dit avoir l'impression que cette relation est différente de celles du passé, car le ministre parlait du fond du cœur et était très sincère, selon elle, dans son envie d'aller de l'avant avec des actions concrètes.

Ils ont d'ailleurs parlé particulièrement de la commission Viens, de ses recommandations. Le ministre a assuré les chefs Gina Deer, Tonya Perron et Ross Montou qu'il s'efforcera activement à les mettre en œuvre.

La question du tourisme et du développement économique, mis à mal par la COVID-19, a été aussi au cœur des discussions. Le ministre a promis une session de travail à ce propos dès que possible.

Le passé de policier de Ian Lafrenière est même un point qui permet de croire qu'il sera proactif, a précisé Gina Deer, elle-même une ancienne Peacekeeper. Elle pense donc avoir trouvé un terrain d'entente qui est pavé par un mot : l'action. Les deux parties ont exprimé leur vision de l'avenir de leur relation.

Il veut des résultats. Il veut commencer.

Gina Deer

Les trois chefs ont aussi discuté avec la ministre responsable de l'Administration gouvernementale et présidente du Conseil du Trésor, Sonia LeBel, du projet de loi 66 visant à accélérer la réalisation de près de 200 projets d'infrastructure au Québec.

« Nous avons de sérieuses inquiétudes à ce sujet » qui ont été relayées à la ministre LeBel, explique Gina Deer. En effet, la reconstruction d'une partie du pont Honoré-Mercier figure dans le projet de loi 66.

Or, Mme Deer rappelle qu'un protocole d'entente entre le Conseil mohawk de Kahnawake et Québec sur les travaux du pont Mercier existe déjà et que le projet 66 leur donne l'impression que Québec va faire fi de ce protocole.

« Le pont Mercier est mentionné dans le projet, mais il y a d'autres choses qui ont un impact sur les Mohawks de Kahnawake et nous sommes préoccupés par tout ce qui nous concerne. Cela ne doit pas nécessairement se limiter à notre territoire et elle [la ministre LeBel] l'a bien compris », indique Gina Deer.

D'autres rencontres sont prévues pour évoquer les nombreux sujets encore sur la table, notamment le financement de services de santé.

Le ministre Lafrenière s'est même assuré, selon Mme Deer, que les chefs aient bien toutes ses coordonnées pour le contacter personnellement « afin d'éviter tout malentendu ».

« Nous avons donc convenu d'ouvrir ces lignes », conclut-elle.

En février, les relations s'étaient crispées après la déclaration du premier ministre, François Legault, sur la présence d'armes offensives sur le territoire de Kahnawake, avec en fond le blocage des rails sur le territoire mohawk en soutien aux chefs héréditaires wet'suwet'en de Colombie-Britannique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !