•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une salle de banquet reconvertie en résidence pour aînés cris

Cette mesure permettra à douze résidents de Chisasibi logés temporairement à l’hôpital de retrouver une meilleure qualité de vie

Deux personnes prennent la pose devant des tentes médicales installées dans une salle de banquet de Chisasibi.

Jason Coonishish, coordonnateur des mesures préhospitalières et d'urgence au CCSSSBJ, et Breanne Jury, une gestionnaire de la logistique internationale de la Croix-Rouge, dévoilent le site de dans lequel des aînés cris de Chisasibi seront relocalisés pendant quelques mois.

Photo : Courtoisie CCSSSBJ / Jason Coonishish

Radio-Canada

Le Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie James (CCSSSBJ) s'est associé à la Croix-Rouge canadienne afin de construire une résidence temporaire pour les aînés dans une salle de banquet à Chisasibi, au Québec.

Cette installation, nommée Unité d'intervention d'urgence, devrait permettre à une douzaine d’aînés de retrouver leur liberté et leur qualité de vie, tout en les protégeant mieux d’un risque de transmission de la COVID-19.

Ces personnes âgées vivent à l'hôpital local depuis septembre. Ils ont dû quitter temporairement leur résidence après un incendie. Ils doivent donc vivre avec des contraintes sévères relativement à la pandémie en cours.

Une sécurité accrue

Selon Jason Coonishish, coordonnateur des mesures préhospitalières et d'urgence au CCSSSBJ, ces restrictions limitent entre autres les activités auxquelles ces aînés peuvent participer.

Il estime que l’installation de l’Unité d’intervention d’urgence dans la salle de banquet, elle-même située à l’intérieur du bâtiment communément appelé Mitchuap, sera un bien meilleur endroit pour ces aînés.

Ce sont de meilleures conditions de vie et ils auront une plus grande appartenance communautaire, estime M. Coonishish. Il ajoute de plus que le déplacement de ces personnes dans cette résidence temporaire réduira leur risque d’infection à la COVID-19, mais permettra aussi de libérer de l’espace à l’hôpital.

Jason Coonishish affirme que la salle de banquet a été choisie en raison de son emplacement, de son éclairage naturel, de sa proximité avec des services, comme une cuisine, ainsi que pour des raisons de sécurité.

Un appel à la Croix-Rouge

Les travaux pour réparer les dommages causés par la fumée et l’eau dans la résidence pour aînés de Chisabisi Nanaahkuu Wiichihiiweukamikw prendront au moins quatre mois, selon M. Coonishish.

C'est pourquoi le CCSSSBJ a fait appel à la Croix-Rouge canadienne, selon Breanne Jury, une gestionnaire de la logistique internationale de la Croix-Rouge qui a été réaffectée à des projets canadiens en raison de la pandémie.

Une première évaluation des besoins a été réalisée au début du mois d’octobre.

Nous avons adapté notre Unité d'intervention d'urgence afin de répondre aux besoins directs, ici sur le terrain et en ce moment, explique Mme Jury.

Une vue aérienne de tentes médicales installées dans une salle de réception de Chisasibi.

Une vue aérienne des installations de la Croix-Rouge qui serviront de résidence temporaire pour des aînés de la Nation crie de Chisasibi.

Photo : Courtoisie Nation crie de Chisasibi / Daniel Rodrique

Elle ajoute que plusieurs intervenants locaux participent à ce dossier, incluant des membres du CCSSSBJ, des infirmières et du personnel qui travailleront dans la résidence temporaire, ainsi que des représentants de la Nation crie de Chisasibi.

Le projet est financé par le CCSSSBJ. L'équipement a été acquis dans le but d’éventuellement fournir à Chisasibi le matériel nécessaire pour créer un hôpital de campagne mobile, au besoin.

L’objectif immédiat est toutefois de déplacer les aînés dès jeudi.

Une collaboration encore toute récente

Depuis le début de la pandémie, la Croix-Rouge travaille en partenariat avec Services aux Autochtones Canada pour aider les communautés des Premières Nations, des Inuit et des Métis à se préparer et à réagir à la menace créée par la COVID-19.

La relation entre le CCSSSBJ et la Croix-Rouge canadienne date de 2017. L'organisation avait alors commencé à aider les communautés cries à améliorer la préparation aux situations d'urgence, ainsi qu’à développer d’autres programmes.

D’après un texte de Susan Bell, avec des informations de Jamie Little, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !