•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une œuvre de l'artiste algonquine Nadia Myre sera installée à Outremont

L’artiste multidisciplinaire algonquine Nadia Myre.

Les œuvres de l’artiste multidisciplinaire algonquine Nadia Myre sont notamment exposées au Musée des beaux-arts de Montréal, au Musée des beaux-arts du Canada, au Musée National des Beaux-Arts du Québec, au Musée canadien de l’histoire et au Musée des civilisations de la Ville de Québec.

Photo : Courtoisie de Nadia Myre

Un immense filet de pêche en bronze trônera dès l’été prochain au pied du mont Royal, dans l’arrondissement d’Outremont. À l’image des autres œuvres d’art public de l’artiste algonquine Nadia Myre qu’on retrouve dans les rues de Montréal, cette sculpture se veut un rappel de la présence autochtone dans la métropole, hier comme aujourd'hui.

C’est à l'intersection de l'avenue Laurier Ouest et du chemin de la Côte-Sainte-Catherine que les passants pourront admirer Renouée, une œuvre entourée de végétation dans laquelle les visiteurs pourront circuler.

« C’est un filet de pêche gigantesque, qui prendra la forme d’une pyramide… un peu comme la tour Eiffel! », lance Nadia Myre en riant.

Pour créer la sculpture Renouée, l’artiste renoue avec le bronze, un matériau avec lequel elle a été appelée à travailler auparavant, notamment pour Dans l’attente…| While waiting, la plus importante œuvre d'art public autochtone à Montréal depuis 50 ans.

Renouée, qui sera haute de près de 7 mètres, a été pensée spécialement pour ce petit espace vert triangulaire qui se trouve au bout de Laurier Ouest, une avenue qui a subi des travaux de réaménagement majeurs.

Si l’idée de concevoir un immense filet de pêche en bronze trottait déjà dans la tête de Nadia Myre, l’appel à projets de la Ville lui a donné l’occasion de la concrétiser.

« J’ai grandi dans Outremont et dans le Mile-End, c’est un coin que je connais bien », raconte-t-elle.

Mais bien avant son propre passage dans les rues d'Outremont, il y a eu celui de milliers de membres des Premières Nations. Autrefois lieu de rassemblement et de commerce, le chemin de la Côte-Sainte-Catherine était emprunté par les Autochtones, à l'époque de leur occupation du mont Royal.

Renouée représente la présence autochtone sur le territoire. La chasse, la pêche, les pratiques [autochtones], l'occupation, comment le chemin de la Côte-Sainte-Catherine était un chemin de passage. C'est un rappel de cette histoire.

Nadia Myre, artiste multidisciplinaire

L'œuvre sera « un repère aussi visuel que temporel rappelant les mouvements historiques et migratoires de ce lieu de rencontre qu’est Tiohtia :ke », peut-on lire dans les documents de la Ville, qui fait référence au territoire montréalais par son nom mohawk.

Nadia Myre, qui est originaire de la Première Nation Kitigan Zibi Anishinabeg, voit dans Renouée une métaphore physique symbolisant l’union. Cet entremêlement de cordes en bronze est du même coup un hommage à la cohabitation des cultures dans cet arrondissement de Montréal.

Thème central auquel l'artiste revient invariablement, le dialogue et la rencontre avec l'autre se retrouvent au cœur de Renouée. En tant que fille qui a grandi à Montréal, l'idée de la rencontre, du point de contact, m'a aidée à mieux comprendre qui je suis vraiment, dit-elle.

Renouée est la troisième œuvre de Nadia Myre à figurer dans les rues de la métropole. Les sculptures qui composent Dans l’attente…| While waiting accueillent les visiteurs qui arrivent en ville par le boulevard Bonaventure.

L'étreinte des temps, une œuvre réalisée en collaboration avec les artistes Fiona Annis, Véronique La Perrière et l'architecte paysagiste Malaka Ackaoui, a de son côté été inaugurée il y a bientôt un an au parc Tiohtià:ke Otsira'kéhne du sommet d'Outremont.

Couronnée lors d’un concours en mai 2019, la dernière œuvre de Nadia Myre a été approuvée mercredi par le comité exécutif de la Ville de Montréal. « L’histoire autochtone et les réalisations des membres des Premières Nations doivent se refléter dans l’espace public montréalais », affirme la vice-présidente du comité exécutif, Magda Popeanu, qui est aussi responsable de la culture et de la diversité montréalaise.

Nadia Myre s'attellera donc à façonner Renouée, qui est encore au stade de la table à dessin. Une chose est certaine, il lui faudra un atelier suffisamment grand pour concevoir l'imposante sculpture. L'artiste multidisciplinaire se dit toujours en quête du lieu idéal pour donner vie à Renouée.

Son installation est prévue à l’été 2021, selon le cabinet de la mairesse Valérie Plante.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !