•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Joyce Echaquan : l'image du Canada écorchée dans la presse internationale

Des chandelles sont placées devant un dessin de femme

Des veillées à la chandelles ont eu lieu dans différentes villes du Québec à la suite de la mort de Joyce Echaquan, une Atikamekw de Manawan.

Photo : Radio-Canada / Avec l'autorisation du Centre d'amitié autochtone du Saguenay

L’histoire de Joyce Echaquan, une mère atikamekw de 37 ans, morte au Centre hospitalier de Lanaudière dans des circonstances qui font l’objet d’enquêtes, a été relayée dans différents médias dans le monde. Les remarques racistes dont elle a été victime suscitent des commentaires un peu partout.

BBC News titre Tollé au Canada au sujet du traitement d’une autochtone mourante. L’équivalent anglais de CBC/Radio-Canada rappelle que le premier ministre du Québec a condamné les propos faits par une infirmière, mais relate également qu’il s’agit du plus récent incident à soulever des questions au sujet du racisme systémique auquel font face les Autochtones canadiens.

Toujours dans la presse britannique, The Guardian signe un article qui fait mention des appels répétés au Canada à affronter les réalités de ce même racisme systémique. Il cite toutefois le ministre des Services aux Autochtones du Canada, Marc Miller, qui admet qu’il ne s’agit pas d’un événement isolé, soulignant le cas d’un hôpital en Colombie-Britannique où des employés auraient joué à deviner le taux d’alcool dans le sang de patients, en particulier de patients autochtones.

Al Jazeera + a publié sur son compte Facebook en français des extraits de la vidéo filmée par Joyce Echaquan sur son lit d’hôpital. Des commentaires désobligeants du personnel sont audibles, de même que des plaintes de la patiente.

L’Agence France Presse témoigne aussi du tollé après le décès d’une Autochtone au Canada. Elle rappelle que la classe politique a condamné les propos entendus dans la vidéo. Elle rend compte du témoignage de Ghislain Picard, chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador.

Je sais bien que, la plupart du temps, le racisme que nous subissons n'est pas intentionnel et qu'il est souvent le fruit de biais inconscients [...]. Mais il est aussi très souvent le fruit de politiques gouvernementales qui conduisent à la discrimination systémique, y déplore-t-il.

France 24 reprend également la nouvelle en résumant ce qui s’est produit à l’hôpital de Joliette et les condamnations qui ont suivi. Ces dernières années, le Canada a accepté l’injustice raciale subie par ses peuples autochtones. L’année dernière, une enquête gouvernementale a révélé que le Canada était complice d’un "génocide racial" contre les femmes autochtones, est-il écrit dans l’article.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !