•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement fédéral souhaite un jour férié pour les Autochtones

Steven Guilbault devant une rangée de drapeaux canadiens.

Le ministre Steven Guilbeault souhaite instaurer un jour férié pour commémorer les victimes des pensionnats autochtones.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Aurons-nous bientôt un nouveau jour férié au Canada? S’il n’en tenait qu’au gouvernement Trudeau, le 30 septembre deviendrait la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, en vue d’honorer les survivants des pensionnats autochtones.

Déposé le 29 septembre par le ministre du Patrimoine canadien, le projet de loi C-5 se veut une des mesures prises en réponse aux appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation, selon Steven Guilbeault.

Ce jour férié, auquel auraient droit tous les employés assujettis à la réglementation fédérale, permettrait de garder l’héritage des pensionnats bien présent dans le processus de réconciliation entamé par le gouvernement envers les peuples autochtones.

Selon la ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, cette journée garantira que notre histoire commune ne sera pas oubliée. Elle soutient de plus que la réconciliation exige de tous les Canadiens qu'ils écoutent, apprennent et agissent.

Le gouvernement libéral veut ainsi répondre à l’appel à l’action numéro 80 de la Commission de vérité et réconciliation, soit d’« établir comme jour férié, en collaboration avec les peuples autochtones, une journée nationale de la vérité et de la réconciliation pour honorer les survivants, leurs familles et leurs collectivités et s’assurer que la commémoration de l’histoire et des séquelles des pensionnats demeure un élément essentiel du processus de réconciliation.

De son côté, le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, insiste sur le fait que cette commémoration annuelle est un pas en avant dans le processus de guérison des survivants des pensionnats, qui étaient gérés par le gouvernement fédéral.

Ces établissements d’enseignement, au nombre de 139, ont été ouverts pendant plus de 160 ans. Le dernier de ces pensionnats a été officiellement fermé en 1996, il y a près de 25 ans. Plus de 150 000 enfants autochtones les ont fréquentés à un moment où un autre de leur vie.

Le rapport de la Commission de vérité et réconciliation a statué que la politique des pensionnats autochtones s’est révélée être un génocide culturel. Des propos repris par Beverley McLachlin en 2015, alors qu’elle était la juge en chef de la Cour suprême du Canada.

Avant d’officialiser ce nouveau jour férié, le projet de loi C-5 devra être voté en Chambre et recevoir la sanction royale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !