•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parc de La Vérendrye : c’est la responsabilité de « la Faune », dit D’Amours

Une dame blonde aux lunettes à bords épais.

Sylvie d'Amours, ministre responsable des Affaires autochtones.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Bissonette

Alors que les tensions toujours vives entre des chasseurs et les communautés autochtones anichinabées qui bloquent l’accès à la réserve faunique La Vérendrye, la ministre D’Amours assure que c’est de la responsabilité du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs de piloter « le dialogue ».

Étant donné que c’est un projet très, très pointu qui est la Faune, c’est mon collègue [le ministre Pierre Dufour] qui est expert là-dedans [...] c’est de sa responsabilité d’avoir le dialogue. Mais le dialogue, je vous rassure, est très, très ouvert avec les chefs, a réagi vendredi Sylvie D’Amours, la ministre responsable des Affaires autochtones.

La ministre a également assuré que son gouvernement est en relation avec les deux chefs (le conflit implique trois communautés, soit Lac-Barrière, Kitigan Zibi et Kitcisakik) ainsi que la cheffe Verna Person (cheffe du Conseil tribal de la nation algonquine Anishinabeg qui regroupe les communautés anichinabées).

Précisant la pensée de la ministre D'Amours, son cabinet assure que le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) est en contact avec tous les chefs, et ce, depuis le début.

Il y a en ce moment même une rencontre préparatoire entre le cabinet de monsieur Dufour et les chefs de Kitigan Zibi et Lac-Barrière, indique l'attachée de presse de la ministre D'Amours, Lauréanne Fontaine.

Deux députés libéraux ont dénoncé vendredi des propos qu'ils jugent incendiaires du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, qui a évoqué l'intervention de la sécurité publique. Ils déplorent également le manque d’implication de la ministre D’Amours dans le dossier.

Moi je suis en appui avec le dialogue. Mon rôle c’est un rôle de relation publique, de relationnel, donc je serai au rendez-vous quand ils auront besoin de moi, a indiqué Sylvie D’Amours à Espaces autochtones.

Soulignant que son collègue tient des rencontres samedi, Sylvie D’Amours précise qu’elle n’y sera pas, par mesure de sécurité.

Je n’y suis pas parce que deux ministres ne peuvent pas être présents dans un événement, par mesure de sécurité faisant référence à la COVID-19, explique-t-elle, soulignant qu’ils ne sont pas dans une même bulle.

Concernant l'intervention possible de policiers, la ministre d'Amours s'est limitée à dire que la discussion doit avoir lieu avec les chefs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !