•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moratoire sur la chasse à l’orignal : l’APNQL appuie la nation anichinabée

Ghislain Picard.

Ghislain Picard, chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador

Photo : Reuters / Chris Wattie

Radio-Canada

L’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) soutient les Anichinabés, qui sont préoccupés par le déclin du nombre d’orignaux sur leur territoire traditionnel et qui manifestent dans la réserve faunique La Vérendrye.

L'APNQL demande à ce que Québec s’implique dès maintenant dans des discussions avec les leaders anichinabés afin d'en venir à un plan d'action.

Dans un communiqué, l’APNQL souligne que cela fait presque 30 ans que la nation anichinabée considère que la chasse sportive est excessive dans la réserve faunique La Vérendrye et que le plan de gestion actuel ne permet pas le maintien d’une population stable d’orignaux, mais contribue plutôt à son déclin.

Il est temps d’écouter ce que nos peuples ont à dire pour protéger la ressource.

Ghislain Picard, chef de l'APNQL

Il faut travailler ensemble pour développer une approche qui respecte les principes de consultation, d'accommodement et de consentement libre et éclairé, a écrit le chef de l’APNQL, Ghislain Picard.

C'est la deuxième année de suite que les Anichinabés manifestent pour exiger un moratoire sur les activités de chasse à l'orignal.

L'an dernier, ils étaient restés à l'entrée nord de la réserve La Vérendrye jusqu'à la fin de la saison de la chasse sportive et avaient entamé des discussions avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec.

Cette année, les manifestants occupent quatre points de contrôle le long de la route 117.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !