•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réalisatrice Tracey Deer reçoit le prix pour le talent émergent du TIFF

Tracey Deer parle à la caméra et tient son prix entre les mains.

La réalisatrice Tracey Deer, originaire de la communauté mohawk de Kahnawake, a fait ses remerciements par vidéoconférence lors d'une soirée de gala du TIFF, le 15 septembre 2020.

Photo : TIFF via YouTube

La cinéaste mohawk Tracey Deer, qui a récemment présenté en grande première son film Beans s'inspirant des événements de la crise d'Oka, s'est vu décerner le prix pour le talent émergent du Festival international du film de Toronto (TIFF).

Avec émotion, Tracey Penelope Tekahentahkhwa Deer a accepté l'hommage par vidéoconférence – pandémie oblige – qui lui a été remis par la réalisatrice Ava DuVernay (The 13th, When They See Us), mardi soir, lors d'une soirée de gala du festival.

Je tiens à remercier ma communauté, qui m'inspire chaque jour de par sa résilience et sa force, a d'entrée de jeu déclaré Tracey Deer.

La cinéaste, qui a grandi dans la communauté mohawk de Kahnawake, au nord-ouest de Montréal, s'est inspirée des événements de la crise d'Oka de 1990, qu'elle a vécus alors qu'elle n'avait que 12 ans. Beans, sa première œuvre de fiction pour grand écran, nous fait voir le soulèvement de Kanesatake du point de vue d’une jeune fille prise entre l'enfance et l'adolescence.

En entrevue à Espaces autochtones, Tracey Deer a raconté avoir vécu la violence du conflit lors de l'attaque survenue à l'autre bout du pont Mercier, à LaSalle, le 28 août 1990. Ce jour-là, sa mère a pris le volant pour quitter la communauté alors que planait la menace d'une intervention imminente de l'armée.

À l'autre bout du pont, des centaines de citoyens en colère attendaient les Mohawks et leur ont lancé des pierres et des débris.

Cette attaque a forgé la personne que je suis aujourd’hui, a-t-elle confié.

Cet événement m’a détruite, mais j’ai été capable de le transformer en motivation. Pour construire des ponts et finalement inspirer la compassion. [...] À travers toutes mes œuvres, c’est mon principal objectif, a-t-elle ajouté.

L'affiche du long métrage Beans

Le film Beans, de la réalisatrice Tracey Deer, a été présenté au Festival international du film de Toronto (TIFF).

Photo : Courtoisie

Dans son discours de remerciement, Tracey Deer a dédié son prix à sa mère, Angela Deer, qui a cru en elle : Je suis ici grâce à toi. Parce que tu pensais que j’en étais capable, je pouvais y croire moi aussi.

Tous les enfants autochtones devraient pouvoir se dire la même chose, estime la cinéaste, qui leur a aussi dédié son prix. Leurs rêves sont importants, leurs voix sont importantes, a-t-elle déclaré.

Ensemble, nous devons créer une société dans laquelle ils se sentent en sécurité et où ils peuvent réussir. [...] C'est notre défi à tous.

Une citation de :Tracey Penelope Tekahentahkhwa Deer

Autrefois connu sous le nom du prix Mary Pickford, le prix pour le talent émergent, remis par le TIFF et MGM studios, souligne l'oeuvre et le progrès accompli par une cinéaste au sein de l'industrie. L'an dernier, il a été remis à la réalisatrice franco-sénégalaise Mati Diop (Atlantique, Mille Soleils).

Dans le passé, Tracey Deer a été la première femme autochtone à recevoir le prix Gemini, remis par l'Académie canadienne du cinéma et de la télévision, pour son documentaire Club Native. Sa série Mohawk Girls a aussi été applaudie par la critique.

Son film Beans doit paraître en salle au printemps 2021 et sera ensuite disponible sur la plateforme Crave.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !