•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Musée national du Danemark adopte les termes « Inuk » et « Inuit »

Martin Appelt et Bessie Omilgoetok regardent ensemble des objets.

Le chercheur Martin Appelt du Musée national du Danemark est photographié avec Bessie Omilgoetok de Cambridge Bay en 2017 lors d'une visite à la Pitquhirnikkut Ilihautiniq / Kitikmeot Heritage Society.

Photo : Pitquhirnikkut Ilihautiniq / Kitikmeot Heritage Society

Radio-Canada

C’est au tour du Musée national du Danemark, à Copenhague, de délaisser l’emploi du terme « esquimau  » pour désigner le peuple inuit. L’établissement a annoncé qu’il retirait le mot, jugé daté et raciste, de l’ensemble de ses expositions, de son site web et de ses médias sociaux. 

Le musée a annoncé au mois de juillet qu’il emboîterait le pas à des entreprises danoises en employant désormais les termes Inuk et Inuit, qui sont respectivement employés au singulier et au pluriel.

Le terme esquimau est utilisé depuis 1605 pour désigner les Inuit du Groenland, du Nord canadien, de l’Alaska et de la Sibérie, indique l’établissement sur Facebook.

Le conservateur et chercheur principal au Musée national du Danemark, Martin Appelt, affirme que ce changement était nécessaire. Le terme a aujourd’hui une connotation péjorative pour les populations inuit puisqu’il signifie mangeur de viande crue.

Martin Appelt explique que la décision du musée n’était pas politique et qu’elle faisait l’objet de discussions depuis un long moment.

Il indique que le manque de financement a retardé le changement officiel de terminologie.

Cette décision du Musée national du Danemark s’inscrit dans une tendance plus large à l’égard d’un terme jugé aujourd’hui péjoratif.

Le 21 juillet, l’équipe canadienne de football professionnelle d’Edmonton, jusqu’à récemment appelée les Eskimos, a annoncé qu’elle changerait de nom et d'image de marque.

Le fabricant danois de crème glacée Hansen Is a lui aussi annoncé qu’il rebaptiserait sa friandise « Eskimo »

Un accueil positif au Nunavut

La directrice de la Société patrimoniale de Kitikmeot, Pam Gross, a salué la décision du Musée national du Danemark.

Partout à travers le monde, les gens commencent à réaliser que les peuples autochtones ont leur propre nom, dit-elle.

Pam Gross sourit à la caméra

Pam Gross, est directrice de la Pitquhirnikkut Ilihautiniq / Kitikmeot Heritage Society à Cambridge Bay au Nunavut.

Photo : Pam Gross

Elle explique que le musée est un partenaire de longue date de la Société patrimoniale de Kitikmeot, situé dans l’est du Nunavut. Ils ont notamment collaboré lors de la numérisation de plusieurs centaines d’objets culturels appartenant à des Inuinnait, des Inuit habitant au centre de l’Arctique canadien. 

Juno Berthelsen, un Inuk originaire du Groenland, espère quant à lui que la décision du musée mène à une prise de conscience plus globale au Danemark, où il réside aujourd’hui.

C’est tellement important pour moi que les gens soient conscients que le terme est intimement lié à un passé colonial et raciste, indique-t-il. 

Selon moi, c’est un mot dont la connotation est très négative , déplore Juno Berthelsen, qui est cofondateur d’un regroupement antiraciste au Groenland.

Avec les informations de Kate Kyle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !