•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa brise nos familles, disent les Innus du Labrador

Une femme et deux enfants marchent le long d'une route dans un village en hiver.

Cinquante-cinq jeunes du Labrador étaient dans des familles d'accueil dans la région de Roddickton et d'Englee, à Terre-Neuve, en décembre 2016.

Photo : CBC

Les Innus du Labrador ont déposé une plainte à la Commission canadienne des droits de la personne alléguant que le régime fédéral de protection de l'enfance brise les familles innues.

Nous avons récemment perdu un jeune innu, Wally Rich, à Happy Valley-Goose-Bay, souligne par voie de communiqué le grand chef de la Nation innue du Labrador (Innu Nation), Gregory Rich.

Le garçon de 15 ans s'est enlevé la vie le 22 mai, alors qu'il était sous la protection des services à l'enfance de Terre-Neuve-et-Labrador, ce qui a relancé les appels de la Nation innue à la tenue d'une enquête promise par le gouvernement provincial.

C’est une tragédie de plus liée à un système qui ébranle nos familles à tellement d’égards, ajoute-t-il.

Dans sa plainte, déposée en juin, la Nation innue du Labrador soutient que le gouvernement fédéral finance de façon inéquitable le système de placement en famille d'accueil par rapport aux fonds visant à aider les familles innues.

La Nation innue du Labrador représente environ 2200 membres des communautés de Sheshatshiu et de Natuashish.

Le grand chef Rich somme également Ottawa de donner suite à la décision du Tribunal canadien des droits de la personne, en 2016, qui concluait que le financement fédéral pour les services de protection de l'enfance est discriminatoire à l'égard des enfants vivant dans les réserves autochtones.

Selon le chef Rich, un enfant innu sur 10 a été retiré de sa famille en raison du système de financement actuel. Il affirme que ce financement demeure insuffisant pour soutenir les parents.

En 2018, l'ancienne ministre des Services aux Autochtones Jane Philpott s'était pourtant engagée à corriger cette situation à la suite d'une nouvelle ordonnance pour non-conformité du tribunal.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !