•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Seule Autochtone au tribunal de paix colombien, elle mise sur le dialogue et la réconciliation

Une femme marche sur un trottoir en Colombie.

Ana Manuela Ochoa Arias est la seule magistrate autochtone du tribunal spécial pour la paix en Colombie.

Photo : afp via getty images / JUAN BARRETO

Agence France-Presse

Issue d'un peuple pacifique violenté par la guerre, Ana Manuela Ochoa Arias a échappé à l'enrôlement par les groupes armés, a étudié le droit et a défendu les peuples autochtones. Aujourd'hui, elle est la seule magistrate autochtone du tribunal spécial pour la paix en Colombie.

Je suis issue d'un peuple très touché par le conflit armé et j'entends contribuer à faire en sorte que ce qui nous est arrivé n'arrive à aucun autre peuple, a-t-elle souligné lors d'un entretien exclusif avec l'AFP à Bogota.

Je suis Autochtone kankuama [...] quelque 400 des nôtres ont été assassinés en deux décennies. Cela m'a incitée à étudier le droit pour défendre ceux de mon peuple et aider à la paix.

Ana Manuela Ochoa Arias

Regard vif, ton posé, cette juriste âgée de 48 ans, diplômée d'une université prestigieuse, mise sur le dialogue pour réconcilier une société minée par près de six décennies d'extrême violence.

Elle est née dans les premières années du conflit, le 3 août 1972, au coeur de la sierra nevada de Santa Marta, qui culmine à plus de 5700 mètres sur la côte caribéenne dans le nord du pays.

Je me souviens d'un moment décisif : quand ma meilleure amie a été assassinée, confie-t-elle. À partir de là, j'ai voulu exiger des changements, le respect des droits, non seulement par l'État, le gouvernement, mais aussi par les groupes armés.

Si la Juridiction spéciale pour la paix (JEP) compte quatre magistrats autochtones et une majorité de femmes (53 % de ses  51 membres), Ana Manuela est la seule siégeant au tribunal qui édicte les sentences.

C'est vrai que je suis l'unique femme autochtone du tribunal [...] Mais je n'aime pas cette idée. Je me considère comme partie d'un tout, sourit cette avocate de formation, en exprimant un sens aigu du collectif.

La JEP, composé du tribunal et de trois chambres d'instruction, est issue de l'accord de paix de 2016 avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

Ex-guérilleros et militaires peuvent y bénéficier de peines autres que la prison s'ils avouent leurs crimes, dédommagent les victimes et renoncent à la violence.

Pour moi, l'accord de paix a toujours été un grand espoir [...] Si nous pouvons nous reconnaître comme êtres humains, sortir les jeunes de la guerre et éduquer selon d'autres principes, j'ai l'espérance que nous pourrons nous réconcilier.

Ana Manuela Ochoa Arias

Pour Ana Manuela, ce concept de justice restaurative – propre aussi aux Autochtones qui représentent 4,4 % des 50 millions de Colombiens – peut apporter beaucoup au pays.

La justice restaurative consiste à faire s'asseoir l'agresseur, la victime, et si possible la communauté, et à tenter d'instaurer un dialogue entre ces parties [...] Ainsi fonctionnent les systèmes de justice des peuples autochtones, explique-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !