•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une rivière métissée : le parcours hors de l'ordinaire de Paryse Suddith

Une dame regarde le large, près d'une rivière.

Paryse Suddith, une avocate du Nouveau-Brunswick aux origines cherokee, africaine-américaine et acadienne, est l'objet d'un documentaire qui sera diffusé à ICI TÉLÉ.

Photo : Radio-Canada

Gabrielle Paul

Dans le cadre de la Journée internationale des peuples autochtones le 9 août, ICI TÉLÉ et ICI Acadie diffuseront le documentaire Une rivière métissée portant sur Paryse Suddith, une avocate du Nouveau-Brunswick aux origines cherokee, afro-américaine et acadienne.

Née aux États-Unis, Paryse Suddith avait 4 ans lors de son déménagement à Saint-Quentin, en Acadie, la patrie de sa mère. Son père est quant à lui de descendance afro-américaine et cherokee, un peuple autochtone du sud-est des États-Unis.

Les Acadiens, les Africains-Américains et les Cherokees sont trois peuples qui ont vécu des injustices énormes, dont les effets perdurent aujourd'hui.

Paryse Suddith

Mme Suddith a œuvré en droit autochtone toute sa carrière au sein de la fonction publique, ce qu'il l'a amenée à travailler un peu partout dans le monde, dont en Nouvelle-Zélande auprès du peuple maori.

Elle est aujourd'hui directrice des Productions et Services juridiques de la Vieille Rivière, au Nouveau-Brunswick, et travaille avec les communautés micmaques.

J'ai une vie assez unique, admet Mme Suddith. En tant que minorité visible, j'ai toujours été très consciente de ma différence et ça a pu aiguiser mon sens de la justice.

Malgré son parcours singulier, elle ne souhaitait pas, au départ, être l’objet du documentaire. Je suis une fille d'arrière-plan habituellement, dit-elle.

Paryse Suddith s'est d'abord rendue aux Productions du Milieu pour proposer une idée de documentaire sur la justice réparatrice et le rapprochement entre les peuples. On m'a dit que ce n'est pas sur mon idée qu'ils ont accroché, mais sur moi, dit-elle en riant.

Un documentaire comme ça, ça brasse la cage. Les peuples autochtones ont besoin de gens qui présentent l'histoire de façon véridique et le présent de façon authentique.

Paryse Suddith

À travers Une rivière métissée, dont la réalisation a été confiée au cinéaste acadien Julien Cadieux, on suit Mme Suddith alors qu'elle entame des rapprochements entre Autochtones, Acadiens et immigrants.

Un combat sans relâche pour la justice réparatrice

Dans le documentaire, Mme Suddith évoque la situation des Maoris qui ont vécu 200 ans de moins de colonisation que les peuples autochtones de l'Amérique du Nord.

Les 200 ans de plus de colonisation [en Amérique du Nord] ont eu des impacts sur les cultures, sur les langues, mais il ne faut pas perdre espoir, dit, confiante, Paryse Suddith.

Mme Suddith est revenue de Nouvelle-Zélande en 2009. Atteinte de la sclérose en plaques, elle était alors très malade.

La maladie m'a forcée à éliminer le stress, à faire le grand ménage du printemps, confie-t-elle.

C'est lors de son retour au Nouveau-Brunswick qu'elle a souhaité fonder Les Productions et Services juridiques de la Vieille Rivière pour travailler près des gens et mettre la justice réparatrice de l'avant.

Avant que je parte de la Nouvelle-Zélande, une aînée maorie m'a dit : "Maintenant que tu as vu la machine, c'est le temps que tu te rapproches de nous, du peuple", se remémore Paryse Suddith.

Pour elle, la réconciliation se situe d'abord au niveau communautaire, près des gens.

Il faut s'asseoir tous ensemble et discuter, mais les institutions vont devoir changer.

Paryse Suddith

Il faut mettre fin au paternalisme et au colonialisme, martèle Paryse Suddith. Ce n'est pas une question de gagnants ou de perdants. Il faut réaliser que, même si ce n'est pas nous qui dirige[ons] tout, ça ne va pas faire mal.

De plus en plus, il y a une conscience et une ouverture des peuples colonisateurs qui réalisent les injustices du passé.

Paryse Suddith

Mme Suddith sait très bien que le travail de réparation et de réconciliation auprès des Autochtones au Canada ne se fera pas du jour au lendemain; c'est une question de générations, dit-elle.

Faut aller de l'avant et faire les choses pour le mieux, croit Paryse Suddith. Ce documentaire, ça va faire du bien parce qu'on en parle, ajoute-t-elle.

Le documentaire Une rivière métissée, réalisé par Julien Cadieux, peut être visionné sur ICI TOU.TV (Nouvelle fenêtre) et sera diffusé le 8 août sur les ondes d'ICI TÉLÉ à 22 h 30 et le 9 août à ICI Acadie à 21 h.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !