•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hommage à deux femmes inuit heurtées à mort par des véhicules à Montréal

Un homme avec un masque sanitaire et une femme en pleurs.

Proches et amis étaient rassemblés au square Cabot, à Montréal, pour rendre hommage à Kitty Kakkinerk et Dinah Matte, mercredi.

Photo :  CBC

Radio-Canada

Les décès de deux femmes inuit, Kitty Kakkinerk et Dinah Matte, survenus en moins de trois semaines, à Montréal, ont secoué leurs proches et amis, qui se sont rassemblés au square Cabot pour leur rendre hommage mercredi après-midi.

Kitty Kakkinerk et Dinah Matte ont toutes les deux perdu la vie dans des accidents de la route.

Les proches de Mme Kakkinerk affirment qu’elle était en détresse lorsqu’elle a été frappée par un camion le 27 juillet sur l’avenue du Parc, à quelque pas de l'organisme La Porte ouverte qui vient en aide à de nombreux Autochtones sans abri.

Sa perte est difficile pour tout le monde, confie Sheri Pranteau, une travailleuse de soutien auprès des Autochtones. Pour ses proches, le deuil est lourd à porter.

Deux semaines auparavant, Dinah Matte a elle aussi été tuée dans un accident sur la rue Sainte-Catherine, près du square Cabot. Le conducteur qui l’a happée a commis un délit de fuite.

Les photos de deux femmes sur fond bleu.

Kitty Kakkinerk (à gauche) et Dinah Matte (à droite) sont toutes les deux décédées lors d'accidents de la route en moins de trois semaines.

Photo : Facebook / Native Women's Shelter of Montreal / Foyer Pour Femmes

Nogeeshik Isaac connaissait les deux femmes. Il a eu un choc en apprenant la nouvelle de leur décès.

Elles étaient de très bonnes personnes, dit-il. J’aurais aimé avoir plus de temps avec elles.

Kitty Kakkinerk était toujours souriante et Dinah Matte était généreuse et voulait toujours aider les autres, se souvient M. Isaac.

Pierre Parent, lui aussi travailleur de soutien auprès des Autochtones, souligne que les décès de Kitty Kakkinerk et Dinah Matte surviennent alors que l’accès aux services est réduit pour les Autochtones à Montréal, en raison de la pandémie.

D'après un texte de CBC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !