•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mairie d'un village indigène du Guatemala est incendiée par des manifestants

Agence France-Presse

La mairie d'un village indigène du Guatemala a été incendiée dans la nuit de dimanche à lundi par une foule en furie protestant contre les mesures de restriction de l'activité imposées pour freiner la progression de l'épidémie de COVID-19, a annoncé lundi la police.

L'émeute a commencé lorsque les villageois de San Lucas Toliman, dans l'ouest du pays, ont appris que leur localité était classée en zone rouge, où sont maintenues les mesures les plus sévères contre la pandémie.

Bravant le couvre-feu, les habitants sont sortis de chez eux pour contester ce classement et les restrictions à l'activité économique qui leur sont imposées, selon la police.

La manifestation a tourné à l'émeute durant la nuit et l'immeuble de la mairie a été incendié. Les troubles n'ont pas fait de victimes.

Le président du Guatemala Alejandro Giammattei a déclaré à une radio locale, Radio Sonora, que des cas de coronavirus ont bien été détectés à San Lucas Toliman.

Là-bas, il y a des gens menés par un pasteur [évangélique] qui sortaient dans la rue en criant ''Dieu me protège'', sans masques, et plusieurs d'entre eux sont morts, a-t-il ajouté.

Depuis la détection dans ce pays de 17 millions d'habitants d'un premier cas de personne contaminée par le nouveau coronavirus, le 13 mars, les autorités guatémaltèques ont dénombré plus de 45 000 cas avérés, dont 1734 morts.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !