•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une industrie touristique autochtone à relancer

Le site du pow-wow de Gesgapegiag, le long de la baie des Chaleurs

En raison de la pandémie, de nombreux sites et attractions touristiques autochtones ont fermé leurs portes, et auront besoin d'aide financière pour remonter la pente.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Forcées, comme bien d’autres facettes de l’économie, de fermer leurs portes pendant le pire de la crise sanitaire, les entreprises touristiques autochtones relèvent peu à peu la tête. De l’aide gouvernementale sera toutefois nécessaire pour permettre à ce secteur de l’économie de reprendre du poil de la bête.

L’idée est certainement audacieuse : dans le cadre de sa campagne promotionnelle lancée mardi, l’Association touristique autochtone du Canada (ATAC) n’évoque rien de moins que l’évasion parfaite, avec une série d’itinéraires et de suggestions d’activités à thématique autochtone.

C’est sûr que les trois ou quatre derniers mois ont été des moments pénibles pour notre industrie, reconnaît Sébastien Desnoyers-Picard, directeur marketing de l’ATAC, avant d’évoquer plus spécifiquement les entrepreneurs de cette branche de l’économie, pour qui la crise sanitaire a amputé une partie de la saison payante, où ils font le plein de revenus qui serviront à payer les dépenses une fois l’hiver venu.

« Souvent, ce sont des entreprises qui sont saisonnières. […] Elles venaient de sortir d’une période où elles avaient dépensé tout leur argent de 2019, elles pensaient entrer dans la haute saison. Et pour l’instant, oui, il y a des mesures qui viennent aider, oui, il y a eu des engagements du gouvernement pour offrir un appui, mais les réserves financières disparaissent vite, et il n’y a pas de revenus », poursuit M. Desnoyers-Picard.

La période difficile, ce sera cet hiver, ajoute-t-il, lorsque les entrepreneurs autochtones devront effectuer de nouvelles dépenses, tout en jonglant avec des revenus sérieusement diminués par la mise en pause de l’économie.

De l'aide d'urgence

Voilà pourquoi nous avons créé un programme d’appui, avec le gouvernement fédéral, pour aller chercher 16 millions de dollars en subventions directes pour de l’aide au développement.

Selon M. Desnoyers-Picard, d’ailleurs, les sommes promises par Ottawa tardent à arriver. Pendant ce temps-là, nos entreprises sont en train de mourir, affirme-t-il.

Ultimement, les entreprises touristiques autochtones auront besoin de 50 millions pour retrouver leur vitalité d’avant la pandémie, mentionne le directeur marketing de l’ATAC. Ottawa est ainsi appelé à délier les cordons de la bourse, tout comme d’autres bailleurs de fonds sont invités à se montrer généreux.

Outre cette aide financière, l’ATAC propose donc une série de forfaits vacances non seulement pour les touristes québécois, mais aussi pour ceux de l’ensemble du pays.

Parmi les activités mises de l’avant, on retrouve des excursions à travers le Québec, mais aussi des visites autochtones dans les grandes villes du pays, de l’observation d’aurores boréales dans les Territoires du Nord-Ouest, ou encore de l’hébergement dans des sites autochtones, qu’il s’agisse d’hôtels ou de sites de camping.

L’ATAC propose également « des expériences d’incursion dans la culture autochtone et de découverte de sites patrimoniaux », ainsi que la cueillette d’ingrédients locaux et la dégustation de plats autochtones, notamment.

Toujours selon M. Desnoyers-Picard, la relance du tourisme autochtone est rendue plus complexe par le fait que chaque province dispose de ses propres normes en matière de déconfinement. Je suis dans la communauté de Wendake, au Québec, et nous vivons cela de façon complètement différente que nos collègues qui sont en Colombie-Britannique.

Les entrepreneurs en tourisme autochtone devront par ailleurs vivre avec l’absence des touristes étrangers, qui ne peuvent généralement pas entrer au Canada.

On savait que les visiteurs internationaux ne seraient pas de passage. Idem pour les voyageurs par bateau, dont les croisières ont été annulées, tout comme les voyages étudiants. Ce sont des clientèles que nous perdons complètement. Heureusement, dans l’ensemble du pays, la moitié de la clientèle des lieux touristiques autochtones est canadienne.

Sébastien Desnoyers-Picard, directeur marketing de l'ATAC

Selon ce dernier, la question de la disponibilité des forfaits et des sites d’hébergement pourrait jouer en faveur du tourisme autochtone. On sait que tout ce qui est location de chalets, c’est plein. Même chose pour les campings, précise-t-il. Les courts séjours dans des entreprises touristiques autochtones auraient ainsi la cote. D’autant plus, indique le directeur du marketing de l’ATAC, que ces sites touristiques sont souvent plus éloignés des grands centres, et échappent donc habituellement au tourisme de masse.

M. Desnoyers-Picard voit aussi cette campagne promotionnelle comme une occasion de favoriser le rapprochement entre Autochtones et non-Autochtones. Juste avant la crise de la COVID-19, il y avait aussi les blocages ferroviaires qui nous ont fait mal, explique-t-il, en parlant de la mobilisation des Premières Nations en lien avec la contestation, par certains chefs wet’suwet’en, de la construction d’un gazoduc sur leur territoire, en Colombie-Britannique.

Il y en a des réussites en tourisme autochtone, ajoute M. Desnoyers-Picard.

L'Hôtel-Musée Premières Nations de Wendake.

L'Hôtel-Musée Premières Nations de Wendake a rouvert ses portes en juillet, en instaurant des mesures sanitaires strictes.

Photo : Hôtel-musée des Premières Nations (Wendake)

Une industrie qui se relève peu à peu

En parallèle de la campagne de l’ATAC, plusieurs sites touristiques autochtones commencent peu à peu à voir la lumière au bout du tunnel.

À Wendake, tout près de Québec, l’Hôtel-Musée Premières Nations accueille de nouveau des visiteurs, au grand plaisir de Colombe Bourque, la directrice générale.

Nous avons fermé très rapidement. Le Musée Huron-Wendat a été fermé par la Sécurité publique le 15 mars. Le 18 mars, nous avons fermé les portes de notre restaurant; le 19, nous avons fermé l’hôtel. Le 13 mars, lorsque nous regardions les prévisions, nous étions complets en mars, et l’occupation frôlait déjà les 50 % pour avril, rappelle-t-elle.

Pour l’hôtel, cela a été catastrophique sur le plan financier. En l’espace d’un mois, nous avons eu pour environ un million en annulations; on a dû mettre nos employés à pied. Cela a été très, très difficile.

L’entreprise a d’ailleurs eu à se prévaloir de la Subvention salariale d’urgence, qui permet d’assurer 75 % du salaire des employés d’une entreprise. Avec cette aide, nous avons décidé de rouvrir en juillet, et de voir comment cela se déroulerait, indique Mme Bourque.

Celle-ci a dû plancher sur plusieurs séries de projections budgétaires, en fonction de la « couleur des verres de ses lunettes ».

Je devrais finir le mois de juillet à environ 30 % d’occupation, au lieu de 98 %, 99 %, mais je me considère chanceuse. Nous avions 150 employés en mars, et nous en avons rappelé environ la moitié.

Colombe Bourque, directrice générale de l'Hôtel-Musée Premières Nations

Avec l’imposition des normes sanitaires du gouvernement, notamment du côté du restaurant, où la moitié des places assises ont été retirées, c’est le client résident de l’hôtel qui a la priorité, souligne Mme Bourque.

Même son de cloche du côté du Musée des Abénakis, à Odanak, non loin de Sorel-Tracy. Julie Anne Tremblay, la nouvelle directrice générale – elle est entrée en poste au mois de mai – mentionne au bout du fil que le musée a réussi à rouvrir ses portes à la mi-juillet. « Le processus a consisté à préparer un plan de prévention pour les employés, mais aussi pour les visiteurs. »

Mme Tremblay se dit par ailleurs « agréablement surprise » du nombre de visiteurs qui se sont présentés au musée depuis sa réouverture, puisque c’est essentiellement du tourisme local.

La fin de semaine dernière, nous avons accueilli une cinquantaine de visiteurs. Ça peut paraître peu, mais pour moi, c’est une réussite.

Au total, le musée peut accueillir 20 visiteurs à la fois, soit 4 personnes dans chacune des salles d’exposition. L’institution est aussi désinfectée tous les matins, en plus d’un nettoyage supplémentaire en début d’après-midi.

Les mesures fonctionnent assez bien; ça nous demande des ajustements, mais pas trop, précise encore Mme Tremblay, avant d’indiquer que le musée s’appuie sur les consignes du ministère de la Culture.

Pour ne pas complexifier la chose, pour les gens qui travaillent ici, on garde le même plan de match jusqu’au mois de septembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Tourisme

Économie