•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rap pour dénoncer les morts d'Autochtones face à la police

Le rappeur Quentin Condo, alias Q-052.

Le rappeur Quentin Condo, alias Q-052

Photo : Jemmy Echaquan (Musique Nomad)

Gabrielle Paul

Le rappeur Q-052 (nom d'artiste du Micmac Quentin Condo) a fait paraître un nouveau morceau intitulé High Horse dans lequel il dénonce les brutalités policières envers les Autochtones au pays.

C'est la frustration qui a fait naître cette chanson, lance d'emblée le rappeur.

Dans sa chanson High Horse, Quentin Condo fait référence à la mort de Chantel Moore et de Rodney Levi, deux Autochtones tués lors d'interventions policières au Nouveau-Brunswick en juin.

J'ai inclus Chantel Moore et Rodney Levi, mais il y a huit Autochtones qui ont été abattus par la police depuis ce printemps, tient-il à souligner. La plus jeune d'entre eux avait seulement 16 ans.

La police n'est jamais de notre côté. Servir et protéger qui? En tout cas, ce n'est certainement pas les Autochtones.

Quentin Condo, alias Q-052

Le rappeur trouve insensé que des Autochtones aient été abattus alors qu'ils avaient besoin d'aide. En 2014, cinq officiers de police ont été tués [pendant la fusillade de Moncton] et ils ont arrêté l'homme responsable, un non-Autochtone, en vie, souligne Quentin Condo.

Pour visionner le vidéoclip de High Horse :

Des enquêtes ont été ouvertes pour déterminer les circonstances exactes entourant les décès de Chantel Moore et Rodney Levi. Ces enquêtes sont menées par le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) du Québec, mais Quentin Condo croit que des membres des communautés autochtones devraient participer.

Ils disent que si ce ne sont pas des Autochtones qui mènent ces enquêtes, c'est parce que nous sommes biaisés, mais si c'est le cas, ils sont tout autant biaisés, affirme-t-il.

Même s'il a lui-même vécu des expériences négatives avec la police, Quentin Condo ne croit pas que tous les policiers sont mauvais. Ceux qui travaillent dans ma communauté sont vraiment là pour nous servir et nous protéger. Ce ne sont pas des policiers autochtones qui utilisent de la force excessive contre nous, dit le rappeur.

Il croit que les futurs policiers devraient recevoir une meilleure formation. Ils devraient être formés pour mieux comprendre les problèmes de santé mentale, donne-t-il en exemple. Les personnes qui travaillent auprès des personnes vulnérables vont à l'école bien plus longtemps qu'un policier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Justice et faits divers