•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Impasse entre les Atikamekw et les promoteurs du projet minier Matawinie

Une vue aérienne du site.

Le projet minier Matawinie prévoit l'extraction de 100 000 tonnes de graphite sur un peu plus de 25 ans.

Photo : Nouveau Monde Graphite

Les négociations entre les Atikamekw et les promoteurs du projet minier à Saint-Michel-des-Saints sont suspendues. La Nation Atikamekw accuse la compagnie de ne pas respecter pas ses engagements financiers.

Le Conseil de la Nation Atikamekw (CNA) et le Conseil des Atikamekw de Manawan (CDAM) ont fait parvenir jeudi une mise en demeure à la direction de l’entreprise Nouveau Monde Graphite. Ils font savoir que les discussions seront ajournées tant et aussi longtemps que l’entreprise ne déboursera pas les frais prévus dans le cadre d'une entente de prédéveloppement.

Selon eux, la direction s’était engagée en mars 2019 à couvrir les frais de négociation, les honoraires pour la représentation juridique et l'embauche d’experts pour l'analyse du projet et la rédaction de l'entente finale.

Les Atikamekw affirment qu'une minime partie du montant a été versée obligeant la communauté à débourser des frais importants.

Il n’est pas question que les Atikamekw soient laissés à la remorque d’un projet aussi conséquent sur leur territoire ancestral, a affirmé jeudi le grand chef Constant Awashish à Espaces autochtones.

Le grand chef et président de la Nation Atikamekw, Constant Awashish.

Le grand chef et président de la Nation Atikamekw, Constant Awashish.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Villeneuve

On aurait souhaité un dialogue constructif, mais la mise en demeure est l’étape vraisemblablement suggérée face à un citoyen corporatif au comportement inapproprié et bien peu respectueux des réalités autochtones, ajoute-t-il.

Le CNA et le CDAM ne reviendront à la table des négociations que lorsque les montants dus seront entièrement versés, concluent-ils, ajoutant ne pas écarter la possibilité de procéder à une saisie.

La porte-parole de Nouveau Monde Graphite, Julie Paquet, s'est limité à dire jeudi que l'entreprise a pris connaissance de la mise en demeure et qu'elle y répondra.

Selon Mme Paquet, ses dirigeants entendent toujours poursuivre le processus de négociation en incluant les Atikamekw, comme cela a été fait depuis le début.

La direction n'a pas souhaité accorder d'entrevue dans le dossier.

Rappelons que les Atikamekw ne s'opposent pas au projet minier, qui vise la production de 100 000 tonnes de graphite par année pendant un peu plus de 25 ans. Ils disent toutefois vouloir s’assurer des retombées économiques pour la communauté.

Ils réclament par ailleurs toujours le droit d’être consultés auprès des commissaires du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Dans son rapport publié en juin, le BAPE estime que des bonifications sont nécessaires avant d’autoriser le projet. Ses auteurs suggèrent également d’organiser des consultations supplémentaires avec les représentants de la communauté atikamekw de Manawan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Environnement