•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chefs autochtones ontariens dénoncent le racisme systémique

Une enseigne sur un mur présentant le logo de la GRC et ses appellations anglaise et française.

Le grand chef Alvin Fiddler croit que le démantèlement de la Gendarmerie royale du Canada pourrait être nécessaire.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Radio-Canada

Le grand chef de la Nation Nishnawbe Aski (NAN), Alvin Fiddler, demande la tenue d’une enquête sur le racisme et l’utilisation de la force contre les Autochtones par la Gendarmerie royale du Canada (GRC), à la lumière des morts récentes lors d’interventions policières.

Le communiqué envoyé par NAN cite les décès de Chantel Moore, le 4 juin, et de Rodney Levi, vendredi dernier.

Nous avons vu les enregistrements et entendu les excuses, mais ce que nous n’avons pas vu, c’est une réponse ferme du gouvernement fédéral pour éradiquer le racisme systémique et le mauvais usage de la force contre les peuples autochtones par la GRC, a déclaré M. Fiddler.

Je vais écrire au premier ministre pour lui demander de lancer immédiatement une enquête complète, indépendante et transparente.

Alvin Fiddler, grand chef de la Nation Nishnawbe Aski

L’intérêt des peuples autochtones n’a jamais été au cœur des systèmes de police, ajoute M. Fiddler.

Alvin Fiddler à son bureau.

Le grand chef de la Nation Nishnawbe Aski, Alvin Fiddler, représente 49 communautés autochtones du Nord de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Le grand chef de NAN affirme que le démantèlement de la GRC pourrait être nécessaire, car il ne serait pas suffisant, selon lui, d’adopter de nouvelles politiques ou d’ajouter de la formation pour les agents.

Il convient d’étudier et de mettre en œuvre des investissements significatifs dans les mesures de soutien à la santé mentale, peut-on lire dans le communiqué.

Un autre chef autochtone ontarien a aussi dénoncé cette semaine les interventions policières qui ont mené à la mort de deux Autochtones depuis le début du mois.

Glen Hare, grand chef la Nation Anichinabée, demande une restructuration des services policiers au Canada. Le racisme systémique sévit dans toutes nos institutions et ces morts insensées nous le rappellent.

Le grand chef du grand conseil de la Nation Anichinabée, Glen Hare, prend la parole en conférence de presse.

Le grand chef du grand conseil de la Nation Anichinabée, Glen Hare.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Il est impensable qu'au milieu d'une pandémie d'une maladie qui ne discrimine aucune race et qui a fait des millions de victimes, nous devions non seulement protéger nos familles d'une maladie mortelle, mais aussi les protéger de ceux qui ont prêté serment de nous servir et de nous protéger.

Glen Hare, grand chef de la Nation Anichinabée

M. Hare affirme qu'il est essentiel d'inclure les Premières Nations dans la solution pour éliminer le racisme systémique et bâtir des liens de confiance. Notre peuple sait comment aider et soutenir les plus vulnérables.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Autochtones