•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’identité soi-disant autochtone de Nadine St-Louis lui colle à la peau

Une femme tenant un sac marche près d'un train.

La fondatrice et directrice générale des Productions Feux sacrés, Nadine St-Louis, apparaît dans une image de Via Rail faisant la promotion de l'engagement de l'entreprise envers les Autochtones.

Photo : Tirée de la page web de Via Rail

La directrice générale des Productions Feux Sacrés, Nadine St-Louis, crée encore des remous sur les réseaux sociaux au lendemain du lancement du projet Initiative d’innovation autochtone auquel elle siège. Elle était aussi jusqu’à mardi la tête d’affiche d’une publicité de VIA Rail qui s’adresse aux Autochtones.

La directrice de l'Espace culturel Ashukan, une galerie d'art autochtone de Montréal soutient depuis longtemps avoir des origines micmaque et métisse algonquine, comme le rappelle un reportage de CBC diffusé en mai 2015. (Nouvelle fenêtre)

Nadine St-Louis avait aussi fait l'objet d’un article de La Presse + en décembre qui remettait en question son identité autochtone. Une enquête parallèle de Radio-Canada arrivait aux mêmes conclusions : le plus proche ancêtre autochtone de Mme St-Louis remontait au 18e siècle.

Elle n’a pas réagi à ces allégations, tout comme elle n’a pas démissionné de son poste à Initiative d’innovation autochtone, un programme permettant de renforcer la capacité d’innovation autochtone développé par l’organisme Grands Défis Canada, financé par le gouvernement du Canada entre autres.

Ce serait innovant si nous pouvions assurer une représentation authentique des Autochtones dans ce poste, a réagi sur Facebook Jennifer Brazeau, la directrice du Centre d'amitié autochtone de Lanaudière (CAAL). Mme Brazeau, son conseil d’administration et les membres disent soutenir la lutte pour la représentation authentique.

Interrogée à ce sujet, Sara Wolfe, la directrice d’Initiative d'innovation autochtone, invite Espaces autochtones à se référer à un article publié le jour même de notre demande sur le site de Grands défis Canada et intitulé Suis-je autochtone?

Mme Wolfe signe la publication conjointement avec le président d’Initiative d’innovation autochtone, Jeff Cyr.

On peut y lire que cette question apparemment simple de trois mots est, en vérité, très complexe et chargée d'histoire, souvent une histoire traumatisante écrite par des non-Autochtones. […]Les gens et les organisations recherchent des distinctions claires et des lignes d'identité claires, mais l'histoire humaine est plus sujette à une compréhension désordonnée et inconfortable de l'identité.

En fait, Initiative autochtone préfère ne pas s'engager dans le débat sur les origines autochtones douteuses de Mme St-Louis, en préférant plutôt parler de la « complexité de l'identité ». Mme Wolfe dit croire que tous les membres de notre conseil, y compris Nadine St-Louis, utiliseront leurs connaissances et leur détermination pour soutenir les innovateurs de nos programmes.

Mme St-Louis siège au conseil d’Initiative d’innovation autochtone depuis sa création en juin 2018.

Chez VIA Rail, la campagne publicitaire mettant en vedette Nadine St-Louis depuis septembre 2018 a été modifiée mardi pour être remplacée par un paysage canadien.

La directrice principale des relations avec les médias, Marie-Anna Murat, précise que les photos en question seront retirées du site web de VIA Rail et de nos publicités pendant que nous examinerons la question plus en détail.

Elle ajoute que la société de la Couronne fédérale recherche de nouveaux talents pour actualiser nos campagnes […] et s’assurera de trouver des représentants des communautés autochtones pour nos nouvelles campagnes.

Un train dans un paysage rural.

La nouvelle image qui accompagne la page faisant la promotion de l'engagement de l'entreprise Via Rail envers les Autochtones.

Photo : Tirée de la page web de Via Rail

Mme Murat ajoute que VIA Rail n’a reçu aucune plainte concernant l’image de Nadine St-Louis pour représenter les Autochtones.

Elle précise encore que la réduction offerte aux Autochtones l’est avec preuve à l’appui (l'une des pièces d'identité suivantes : Certificat sécurisé de statut d'Indien (CSSI), Ralliement national des Métis (et ses organisations régionales) ou carte de bénéficiaire des revendications territoriales des Inuit). 

À ce sujet Jennifer Brazeau, la dg du CAAL, réagit. Ce que je trouve ironique, c'est le fait que pour avoir les rabais tu dois montrer des preuves d’être Autochtone. Mais ils ne l'ont pas exigé pour être la face de leur campagne.

Jennifer Brazeau s’est également dite choquée, en ouvrant son téléviseur récemment à la chaîne de télévision MATV, de tomber sur une rediffusion d’une émission tournée en 2019 consacrée au festival Présence Autochtone et animée par Mme St-Louis.

Invitée à réagir, Nadine St-Louis a répondu par courriel qu'elle ne pouvait pas commenter. Le dossier est devant le tribunal et je ne commenterai pas pendant que l'affaire est en cours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Société