•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Revisiter virtuellement la rencontre entre Autochtones et non-Autochtones

Un extrait du spectacle « A Casual Reconstruction », réunissant sur scène des membres du public. En arrière-plan, Johanne Nutter et Nadia Myre.

Un extrait du spectacle « A Casual Reconstruction », réunissant sur scène des membres du public. En arrière-plan, Johanne Nutter et Nadia Myre.

Photo : Caroline Hayeur

L'OFFTA, festival d’arts vivants, se réinvente pour une 14e édition teintée par la pandémie. La créativité des artistes a été mise à contribution pour adapter et expérimenter de nouvelles manières de performer, loin de la scène. L'artiste multidisciplinaire anichinabée Nadia Myre et l’artiste de théâtre Johanna Nutter ont répondu positivement à cette nouvelle réalité.

C’est une toute nouvelle création qu’on est en train de faire, admet Johanna Nutter en parlant de STRIKE/THRU, le spectacle qu’elle et Nadia Myre présenteront le jeudi 28 mai à 17 h, en mode confinement.

Le défi la réjouit, car il décloisonne la salle de spectacle traditionnelle pour mieux rejoindre un public autant local, régional et national qu’international. Ça change comment on parle à nos spectateurs, parce qu’on sait qu’on ne parle pas juste à des gens d’ici, ajoute Johanna.

La genèse d’une conversation sur l’identité

Tout a commencé il y a quelques années en Gaspésie dans le cadre d’un projet en art médiatique. Nadia Myre avait réuni autour d’une même table cinq Micmacs et des personnes métissées, pour parler de leur identité.

L’entrevue a débouché sur un scénario que Nadia a adapté une première fois et qui est devenu A Casual Reconstruction.

Voulant le reproduire théâtralement, elle s’est tournée vers son amie Johanna Nutter, parce que le mandat de ma compagnie creature/creature, c’est de faire face à l’autre, explique Johanna qui, d’un même souffle, précise aimer le projet parce que non seulement on a le côté autre, cette juxtaposition d'Allochtones/Autochtones, mais on a aussi [cette juxtaposition entre] artiste de théâtre et artiste visuel.

Le fait que ce soit des Allochtones qui portent les voix des Autochtones, ça crée une expérience profonde.

Une citation de :Johanna Nutter

Au début de la représentation le 28 mai, Nadia choisira dans l’assistance virtuelle six personnes qui recréeront, avec les textes qui leur seront transmis, un extrait de la conversation qui a eu lieu en Gaspésie.

Ces non-Autochtones seront donc invités à se mettre dans la peau des Autochtones en reprenant leurs paroles et, donc, leurs histoires personnelles.

Ensuite, les deux artistes s'exécuteront, chacune dans son salon, selon certains paramètres complétés par de l’improvisation, tout en explorant les malaises identitaires soulevés par le texte.

On va jouer, à partir du thème et avec nos propres identités, qui on est en relation l’une avec l’autre, disent-elles en même temps.

La conversation qu’on a eue entre Micmacs dans le territoire de la Gaspésie par rapport à la découverte de l’autre, elle est vraiment semblable partout au monde, constate Nadia Myre qui ajoute que, même si le texte de départ est très spécifique, la réalité de vivre entre cultures, d’avoir des identités mixtes, c’est une réalité que beaucoup de monde vit. Et c’est un peu ça la conversation, ça devient des histoires personnelles.

Ce projet rejoint beaucoup de monde, ça s’adapte bien pour Zoom par rapport à d’autres sortes de production.

Une citation de :Nadia Myre
Nadia Myre en répétition dans le cadre de son spectacle Strike Thru qu'elle offrira virtuellement avec sa partenaire Johanna Nutter le 28 mai au OFFTA.

Nadia Myre en répétition dans le cadre de son spectacle Strike Thru qu'elle offrira virtuellement avec sa partenaire Johanna Nutter le 28 mai au OFFTA.

Photo : Gracieuseté de Nadia Myre

Et comment l’artiste visuelle va-t-elle se révéler dans ce spectacle virtuel? Ça va être la surprise, répond Nadia Myre.

Habituellement, à la fin de la performance, tout le monde se retrouve dans le lobby du théâtre pour poursuivre la conversation. Jeudi, le tout prendra une autre tournure.

S’ils le souhaitent, les internautes pourront aussi discuter avant de mettre fin à la séance virtuelle ou se rendre sur les pages Facebook de creature/creature ou du site du festival OFFTA pour le faire.

À période exceptionnelle, adaptation exceptionnelle

STRIKE/THRU est un extrait de la performance qui devait être présentée sur la scène du MAI ces jours-ci. Le spectacle n’a pas été annulé, mais reporté.

On pense déjà à l’idée de le proposer en salle, lorsque ce sera possible, tout en l’offrant sur Internet. C’est tellement intéressant, les possibilités que ça amène, constate Johanna Nutter.

Je trouve ça très excitant, je trouve que le médium [Internet] est super plastique et comme artiste visuelle c’est quelque chose qui m’interpelle, admet Nadia Myre qui se demande déjà comment, lorsque les spectacles seront de retour en salle, elle sera capable de réutiliser ce médium puis ces outils qu’on a développés dans le show [web].

Le spectacle A Casual Reconstruction a été présenté une douzaine de fois en français et en anglais, au Québec ainsi qu’à New York, Seattle et Victoria, entre autres. En juin 2019, il a été présenté à Londres, dans le cadre du festival Origins, un festival international de Premières Nations.

Pour assister à STRIKE/THRU, les spectateurs-internautes doivent se rendre sur le site de l'OFFTA (Nouvelle fenêtre) pour se procurer un laissez-passer et obtenir un accès à la performance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !