•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier décès lié à la COVID-19 dans la communauté autochtone de Six Nations en Ontario

Un panneau dans la communauté de Six Nations de Grand River, en Ontario, rappelle l'importance du lavage des mains.

Un panneau dans la communauté de Six Nations de Grand River, en Ontario, rappelle l'importance du lavage des mains.

Photo : sixnationscovid19.ca

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La communauté de Six Nations de Grand River, située au sud-ouest de Hamilton, en Ontario, a confirmé la mort d’un de ses membres qui avait contracté la COVID-19.

Dans un communiqué de presse publié mercredi soir, des responsables de cette communauté ont déclaré que le premier décès de la communauté lié au nouveau coronavirus est survenu moins de deux semaines après la confirmation d’un premier cas, le 28 mars.

« Étant donné le risque accru de mortalité dans les collectivités des Premières Nations, nous avons essayé de nous préparer à cela, mais vous ne pouvez jamais vraiment, n'est-ce pas? », a rappelé le chef élu Mark Hill. « Notre communauté est en deuil aujourd'hui. Nos pensées vont à la famille. »

Il y a actuellement huit cas de COVID-19 sur le territoire des Six Nations de Grand River.

La communauté a déclaré une urgence communautaire le 13 mars. Son conseil élu travaille avec le Conseil des chefs de la Confédération Haudenosaunee pour répondre à la menace causée par le coronavirus et a fermé les services non essentiels et les écoles. Le personnel de la communauté doit aussi travailler à domicile.

Les autorités ont également mis en place des barrières pour restreindre l'accès au territoire afin de protéger les aînés et les autres membres vulnérables – une mesure qui a été publiquement soutenue par les communautés environnantes et les services d'urgence.

La santé publique continue d'avertir les résidents de garder une distance minimale entre eux pour endiguer la propagation du coronavirus à la base de la COVID-19.

« Lorsque tout cela sera terminé, nous nous serrerons les coudes », a déclaré le chef élu Mark Hill. « Mais en ce moment, nous devons faire preuve d'une force inimaginable et faire tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer de ne plus perdre de vies. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !