•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Sioux de Standing Rock remportent une victoire partielle devant les tribunaux

Des tentes, des drapeaux et la banderole « Solidarité avec Standing Rock ».

Le camp de Standing Rock, dans le Dakota du Nord en 2016

Photo : Radio-Canada / Janic Tremblay

Radio-Canada

Un juge du District de Columbia aux États-Unis, James Boasberg, a ordonné un réexamen du tracé de l'oléoduc Dakota Access, objet de la contestation de la nation sioux de Standing Rock au Dakota du Nord.

Dans le contexte de crise aiguë du coronavirus, la décision rendue le 25 mars est passée pratiquement inaperçue.

Le juge fédéral du District de Columbia n’a pas ordonné l'arrêt des activités de l'oléoduc et le pétrole continue de couler à raison de 570 000 barils par jour, rapporte la correspondante du quotidien Le Monde à San Francisco.

Le juge a plutôt ordonné un réexamen environnemental du tracé et a donné un mois aux parties pour le convaincre de suspendre – ou non – le flux de pétrole en attendant le résultat, souligne aussi le quotidien français.

Selon le juge, il existe « de graves lacunes dans des parties cruciales de l’analyse » et un « système de détection des fuites du pipeline [qui] n'était pas conçu pour détecter les déversements lents », rapporte cette fois France Inter, en citant le jugement. 

La nation sioux est défendue devant les tribunaux par le groupe Earthjustice, qui a célébré cette victoire partielle sur son site Internet en citant le procureur des Autochtones, Jan Hasselman.

« Cette décision valide tout ce que la nation a toujours dit sur le risque de déversements de pétrole pour les habitants de Standing Rock. »

Avec les informations de France Inter et du quotidien Le Monde

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !