•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les communautés autochtones « se préparent au pire »

Gros plan du chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador, Ghislain Picard.

Le chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador, Ghislain Picard.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Au moment où de nombreuses communautés autochtones ferment leurs frontières pour limiter la propagation de la COVID-19, le chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL), Ghislain Picard, estime que l’aide fédérale risque de fondre comme neige au soleil si la situation continue d’évoluer de la sorte.

Même si la propagation du virus ne semble pas encore avoir atteint la plupart des communautés les plus isolées, déjà cinq cas ont été signalés à Kahnawake, communauté mohawk en pleine région montréalaise.

« Sans vouloir être alarmistes devant la vague, les communautés se préparent au pire », déclare en entrevue le chef de l’APNQL, Ghislain Picard.

Ottawa a déjà promis aux organisations autochtones la distribution d’une enveloppe de 305 millions de dollars pour la lutte contre la COVID-19. Les communautés peuvent aussi puiser dans un fonds distinct de santé de 100 millions de dollars pour aider à constituer des stocks de fournitures médicales et à élaborer un plan d'intervention.

Mais ces fonds — sur un plan d’aide total de 107 milliards aux Canadiens — semblent bien modestes dans un contexte où les communautés autochtones sont historiquement parmi les plus vulnérables du pays, estiment les chefs autochtones du pays. Ces communautés avaient déjà été frappées de plein fouet par le virus A (H1N1) il y a plus de 10 ans.

Logements surpeuplés, infrastructures sous financées, conditions socioéconomiques précaires et problèmes de santé préexistants… « Lorsqu’on additionne toutes ces réalités, c’est clair que l’argent va disparaître assez vite », souligne le chef Picard.

Plusieurs communautés, au Québec et ailleurs, ont ainsi décidé de limiter les entrées et les sorties de la population pour éviter la propagation du virus : Manawan, Wemotaci, Lac-Simon, Ekuanitshit, Uashat… « Aux grands maux, les grands moyens », affirme Ghislain Picard, ajoutant que les chefs n’ont plus le choix que d’agir rapidement et unilatéralement.

Tirer des leçons du A (H1N1), dit le ministre

Mercredi, lors d’un point de presse, le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, a précisé que des 305 millions, 215 millions iront aux Premières Nations, 45 millions aux Inuit, 30 millions aux Métis et 15 millions aux Autochtones en milieu urbain. 

En entrevue à Radio-Canada, le ministre réitère que l’enveloppe de 305 millions pourra être bonifiée au besoin. « L’argent alloué, c’est le début de la conversation », dit-il, ajoutant qu’un transfert direct doit se faire prochainement vers les conseils de bande.

Sur le contrôle des frontières de certaines communautés, le ministre est plus ambivalent. « Des mesures unilatérales de fermer les frontières, ce n’est pas une solution qui va tout régler. Il faut aussi suivre les directives », dit-il.

Le ministre est conscient que les mesures de distanciation sociale relèvent de l’impossible dans des logements surpeuplés — un phénomène qui touche un Autochtone sur cinq au Québec et qui s’explique par des décennies de sous-financement en infrastructures. 

Le gouvernement devra donc leur trouver des locaux séparés. « On travaille avec le leadership médical pour identifier des solutions », indique le ministre fédéral.

Ce dernier n’y va, par ailleurs, pas par quatre chemins : « c’est sûr que des communautés autochtones vont être affectées de façon disproportionnée ». Mais il estime que son gouvernement a pu tirer des leçons de la grippe porcine en 2009, qui avait touché de manière disproportionnée les Autochtones du pays. 

À l’époque, le gouvernement conservateur de l’époque avait envoyé une vingtaine de sacs mortuaires à une Première Nation du Manitoba, qui attendait plutôt des vaccins et de l’équipement médical. Un faux pas qui, pour nombre d'Autochtones déjà méfiants du gouvernement fédéral, était plus qu’un simple geste anodin.

Cette fois, les Autochtones ne seront pas laissés pour compte, assure le ministre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Politique