•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier patient cri de Montréal atteint de la COVID-19

Un hôtel

L'hôtel Espresso au centre-ville de Montréal où logent souvent les membres de la nation crie de passage dans la métropole.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un patient cri a été déclaré positif à la COVID-19. Il reçoit des soins à l'Hôpital général de Montréal. Il avait auparavant été placé en isolement dans un hôtel de la métropole québécoise affilié au Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie James (CCSSSBJ).

Le patient a commencé à montrer des symptômes le 23 mars et a immédiatement subi un test de dépistage, selon Bella M. Petawabano, présidente du CCSSSBJ.

Il n’est pas clair dans quel établissement le test a été effectué. Pour des raisons que la CSSSBJ ignore, le patient a été transféré d'un centre hospitalier indéterminé vers l’hôtel Espresso au centre-ville de Montréal, où il avait été placé en isolement. Le résultat positif a été confirmé mardi soir.

Mercredi, il a été transféré à l'Hôpital général de Montréal.

Il s'agit de la première personne d'Eeyou Istchee, le territoire cri du nord du Québec, à être déclarée positive pour la maladie.

« Le patient ne s’est pas rendu récemment en Eeyou Istchee », a toutefois déclaré Mme Petawabano.

L’hôtel Espresso accueille de nombreux patients cris qui y séjournent lorsqu'ils se rendent dans le sud du Québec pour recevoir des soins médicaux. Des infirmières vérifient quotidiennement l’état de ces patients de l'Espresso.

« [Le patient souffrant de COVID-19] reçoit tous les soins dont il a besoin », a déclaré Bella M. Petawabano, ajoutant que le CBHSSJB ne divulguera pas le nom de la personne, ni la communauté d'où elle est issue.

Mme Petawabano a déclaré que des efforts sont également déployés pour informer quiconque aurait été en « contact significatif » avec la personne depuis le 22 mars.

Selon le grand chef du Grand Conseil des Cris du Nord-du-Québec, Abel Bosum, les responsables de la santé publique du CBHSSJB tentent également de déterminer où la personne pourrait avoir contracté le virus et cherchent à savoir pourquoi le patient a été libéré d’un premier hôpital et confié aux soins du CBHSSJB et de l'hôtel Espresso.

« Avoir un patient qui a été hospitalisé à un moment donné, puis renvoyé à l'Espresso, ça soulève des questions », a déclaré le grand chef Bosum. Il a également reconnu que la nouvelle d'un cas positif était malheureuse, mais pas surprenante.

« Nous avons tous travaillé dur pour protéger notre peuple, mais en même temps, nous savons que nous avons des gens qui ont voyagé dans le sud », a-t-il déclaré.

« Nous ne sommes pas à l'abri. Ça peut frapper nos communautés. Nous avons besoin que vous y prêtiez attention. Nous avons besoin que vous respectiez les mesures qui sont en place », a-t-il poursuivi.

Nouvelles mesures en place à l’hôtel Espresso

Le CBHSSJB a limité le nombre d'accompagnateurs autorisés pour les patients et n'a pas autorisé de visiteurs à l'hôtel Espresso depuis le 19 mars. Il y a maintenant des agents de sécurité pour surveiller les personnes qui entrent et sortent de l'hôtel. Ils veillent de plus à ce que les gens respectent l'éloignement social.

Mme Petawabano a affirmé que depuis le début de la semaine, les patients reçoivent leurs repas dans leur chambre et que les espaces de rassemblement de l'hôtel ont été fermés.

« Tous les espaces communs sont fermés, y compris la cuisine communautaire et la salle spirituelle. »

Le grand chef Bosum et Mme Petawabano ont déclaré que les protocoles et la communication seront améliorés à la suite des apprentissages provenant de ce premier diagnostic d'un patient cri.

D’après un texte de Susan Bell, CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Santé