•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le lieu de convergence des jeunes Autochtones en période de confinement

Samian est l'ambassadeur de cette boîte à outils créée par le CEPN.

Samian est l'ambassadeur de cette boîte à outils créée par le CEPN.

Photo : Samian/CEPN

Le Conseil en éducation des Premières Nations (CEPN) a trouvé un moyen de sortir la jeunesse autochtone de son isolement forcé. Une agora virtuelle a été créée, un lieu de rencontre, de partage, de paroles qui vivra le temps qu’il le faudra.

En temps de coronavirus, pas question d’abandonner les jeunes à leur sort. Le Conseil en éducation des Premières Nations l’a compris dès le début de la pandémie. Le service éducatif du CEPN a rapidement développé une boîte à outils remplie d’activités à faire quotidiennement pour inciter les jeunes dans les communautés à se dépasser.

La directrice des services éducatifs, Annie Gros-Louis, explique que l’idée était de maintenir le contact avec la jeunesse, mais aussi avec les directions d’écoles et les parents. La page Facebook déjà existante des Jeux interscolaires du CEPN (Nouvelle fenêtre) sert de point de ralliement.

Pas question de remplacer le programme scolaire. « On n’est pas dans des activités pédagogiques, mais bien des activités pour garder nos jeunes ensemble », précise Mme Gros-Louis qui souhaite leur permettre de réseauter.

Et quoi de mieux pour rallier tout le monde qu’un ambassadeur! Le choix s’est arrêté sur Samian.

Le rappeur, slameur, photographe de Pikogan en Abitibi a tout de suite embarqué dans le concept. Trois fois par semaine, il accueille les internautes dans son bureau à la maison pour un atelier de création.

« Il y a plusieurs formes de création, il y a aussi plusieurs formes d’éducation. Dans cette période critique pour tout le monde, je pense que les jeunes ont beaucoup à apprendre et il faut voir ça comme une opportunité », souligne Samian.

Libre à chacun de commenter ou de lui poser des questions. Et elles sont variées. « Comment bien prendre la critique des gens et continuer d’avancer dans notre art? » lui demandait mercredi Naomi.

« As-tu l’intention d’offrir des ateliers d’écriture pour les jeunes en direct ? », écrivait Danielle. La réponse est oui. Des ateliers d’écriture et de photographie, une autre grande passion de l’artiste.

Quatre éléments guident la vie de Samian : le physique, l’émotionnel, le spirituel et le psychologique. Quatre éléments dont il se sert dans diverses phases de sa vie, dont la phase de création. « Ce sont les quatre aspects qui tiennent l’être humain en place et en santé », dit-il. Il compte bien les aborder lors de ses ateliers.

Son horaire est organisé : les lundis et mercredis à 14 h. Samian prévoit en profiter pour partager ses coups de cœur musicaux, littéraires et d’expositions virtuelles, de plus en plus nombreuses.

Les vendredis à la même heure, Samian offrira une performance en direct.

Un concept en constante évolution

D’autres activités sont offertes sur ce calendrier évolutif : « on ajoute au fur et à mesure des activités », précise Annie Gros-Louis. Les jeunes du primaire ont de quoi s’occuper en matinée avec une heure du conte et un laboratoire scientifique qui leur permettra d’expérimenter dans leur cuisine. 

L’après-midi, tous pourront se lancer dans la fabrication de la bannique, s’entraîner en famille ou apprendre les danses de pow-wow.

Qu’elles travaillent au sein de l’équipe des services éducatifs ou non, plusieurs personnes ont offert leurs services pour bonifier l’offre d’activités. Des auteurs d’albums jeunesse ont aussi été contactés, mais pas question de dévoiler leurs noms : « on garde le suspense pour nos jeunes ».

Le CEPN s’adresse autant à des communautés francophones qu’anglophones. Les activités sont planifiées en ce sens, et comme l’annonçait Samian dans une capsule informative en début de semaine, il faut faire la promotion des langues autochtones. « Donc on va s’y attarder certainement, ça fait partie de nos réflexions », souligne Annie Gros-Louis.

« Dès la semaine prochaine, des formations seront offertes aux parents en soirée, une fois les jeunes couchés », ajoute la directrice des services éducatifs du CEPN, précisant que le personnel enseignant aura lui aussi accès à de la formation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Société