•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mise en place d'un test de dépistage de la COVID-19 dans la communauté de Lac-Barrière 

Une image de synthèse créée par Nexu Science Communication et le Trinity College de Dublin montrant un betacoronavirus comme celui causant la COVID-19.

Une image de synthèse créée par Nexu Science Communication et le Trinity College de Dublin montrant un betacoronavirus comme celui causant la COVID-19.

Photo : Reuters / Nexu Science Communication et le Trinity College

Radio-Canada

Les Algonquins de Lac-Barrière recevront des tests pour détecter la COVID-19 dans leur communauté après une plainte auprès d'Ottawa.

La Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits (DGSPNI) – un organisme fédéral – a conclu une entente avec les autorités de santé publique de la région pour fournir un service de diagnostic à la communauté, qui compte 400 personnes.

Le chef de Lac-Barrière, Casey Ratt, a été avisé que le fédéral avait conclu une entente avec le Centre intégré de santé et services sociaux de l'Outaouais.

La DGSPNI fournira des trousses de dépistage de la COVID-19 aux infirmières au poste de soins infirmiers de la communauté, qui se trouve à environ 270 km au nord d'Ottawa.

L'accord comprend également l'accès à un médecin par téléphone de 8 h à 20 h « pour répondre à des besoins de santé mineurs, plutôt que de transporter des clients hors de la communauté », selon la lettre de Richard Budgell, directeur exécutif régional de la DGSPNI.

M. Ratt se dit satisfait de la décision.

Vendredi, il avait écrit au directeur Budgell pour lui demander une assistance immédiate pour mieux se préparer contre la COVID-19.

« Ce n'est pas une très bonne situation en ce moment. Si le virus devait frapper la communauté, cela dévasterait simplement la communauté », a déclaré M. Ratt, dans sa lettre. « Et beaucoup de [membres du groupe] souffrent de diabète et ont des problèmes de santé. »

Le chef Ratt s'inquiétait également de l'incapacité du poste de soins infirmiers à fournir des antibiotiques – ce qui nécessite une prescription médicale – pour faire face à des problèmes comme les otites, sans avoir à se rendre à l'hôpital. Cette situation sera maintenant traitée au téléphone avec un médecin.

Cependant, M. Ratt a déclaré que la communauté manquait encore de produits, tels des désinfectants pour les mains, des masques faciaux et des gants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Santé