•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au square Cabot à Montréal, une nouvelle crise se profile

La direction du Foyer pour femmes autochtones de Montréal (FFAM), Nakuset.

La direction du Foyer pour femmes autochtones de Montréal (FFAM), Nakuset.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Villeneuve

Manque de médecin, pénurie de gel désinfectant… Après avoir vécu une première crise humanitaire cet été, la population itinérante du square Cabot, à Montréal, pourrait affronter à nouveau un autre défi majeur, cette fois en lien avec la propagation de la COVID-19.

Ouvert depuis quelques mois à peine, le centre pour sans-abri Résilience, rue Sainte-Catherine Ouest, devait venir combler le vide créé par le départ du refuge Open Door, déménagé en raison de l’embourgeoisement du quartier. Des organismes du milieu ont dénombré 14 morts dans la dernière année, pour la plupart des itinérants autochtones qui dépendaient des services essentiels du refuge.

Aujourd’hui, les organismes du secteur de l’ouest du centre-ville de Montréal demandent encore une fois l’aide des autorités pour affronter ce qui pourrait être une nouvelle crise humanitaire. Devant la propagation du coronavirus, ils ont besoin de médecins ou d’infirmières, de bénévoles pour aider au nettoyage, mais aussi de nettoyant à main, introuvable ces jours-ci.

Nakuset, qui dirige le centre Résilience de même que le Foyer pour femmes autochtones de Montréal, est catégorique cependant. « Fermer n’est pas une option. Quand le Open Door a fermé, des gens sont morts. Ça serait 10 fois pire (si nous fermions maintenant) », lâche-t-elle.

Son centre, tout près du square Cabot, reste donc ouvert, mais doit diminuer ses heures.

Sa clientèle – une bonne partie des itinérants inuit et issus des Premières Nations – compte parmi la population la plus vulnérable. Sans domicile fixe, « toute l’idée de s’auto-isoler ne peut se faire [pour elle] », affirme Nakuset.

Avec la fermeture des restaurants du coin, comme le Tim Hortons et le McDonald, les itinérants n’ont par ailleurs plus d’endroit où se retrouver au chaud. D’où l’importance de garder les refuges ouverts, souligne-t-elle.

Femmes à risque

Les femmes autochtones sont par ailleurs particulièrement à risque face à la pandémie, estime pour sa part Jessica Quijano, coordonnatrice du projet Iskweu, une initiative du Foyer pour femmes autochtones.

« Si elles sont dans une relation de violence conjugale, elles vont peut-être retourner là dedans, si elles sont travailleuses du sexe, elles vont retourner peut-être voir leur proxénète. [...] Les femmes sont agressées, la violence augmente », dit-elle.

La population autochtone du square Cabot est par ailleurs très « tissée serrée », ce qui rend l’isolement social plus compliqué, affirme de son côté Marina Boulos-Winton, directrice générale du refuge Chez Doris. Sans compter qu’elle présente souvent d’autres problèmes de santé, comme la tuberculose.

Le refuge de jour rue Chomedey reste ouvert, mais doit maintenant limiter le nombre de femmes qu’il reçoit à 40, au lieu des 100 habituelles, pour garder une distance sécuritaire entre elles. Le centre se concentre sur ses clientes les plus vulnérables, soit les femmes itinérantes.

Chez Doris a par ailleurs vu son budget de service d’entretien exploser afin de nettoyer plus régulièrement les espaces communs et les poignées de portes, par exemple.

Une annonce bientôt

Malgré les besoins urgents, la Ville tarde à intervenir pour protéger la population la plus vulnérable, estime Jessica Quijano. « Il faudrait être capable d’héberger tout le monde. S’il faut les loger dans des hôtels vides, alors pourquoi pas », propose-t-elle.

Les intervenants de première ligne, souvent des bénévoles, sont particulièrement à risque eux aussi, rappelle Mme Quijano, qui doit elle-même travailler de chez elle ces jours-ci.

« Maintenant, je dépends des médias sociaux pour contacter mes clients, je sais moins ce qu’il se passe. C’est frustrant quand tu n’as pas de ressources du tout », dit-elle.

La commissaire aux relations avec les peuples autochtones à la Ville de Montréal Marie-Ève Bordeleau reconnaît que la situation est « extrêmement préoccupante » au square Cabot.

Une annonce de la Ville pour aider les refuges montréalais est toutefois imminente, assure-t-elle.

Entre-temps, elle-même et la Ville « sont en relation » avec les organismes communautaires et le réseau de la santé « pour trouver des solutions pour la situation dans les foyers », dit-elle.

Gif sur les conseils à suivre lorsqu'on est en quarantaine.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Que faire si on est en quarantaine?

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Santé