•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget Girard : 219 millions sur cinq ans pour les Autochtones

Eric Girard à l'Assemblée nationale du Québec.

Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, dépose son budget 2020-2021 à l'Assemblée nationale du Québec.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Ismaël Houdassine

Le ministre des Finances, Eric Girard, a présenté mardi le deuxième budget de la Coalition avenir Québec (CAQ). Le gouvernement Legault y débloque 219 millions sur cinq ans pour « soutenir les communautés autochtones ».

Sans véritablement détailler les programmes dans lesquels ces sommes – environ 43 millions injectés chaque année pendant cinq ans – seront réparties, le budget Girard prévoit d’accroître, entre autres, l’accessibilité et la qualité des services en santé pour les communautés autochtones.

Les 219 millions profiteront aussi à plusieurs autres projets spécifiques, notamment la sensibilisation des intervenants des services publics aux réalités autochtones, la réussite éducative des jeunes des Premières Nations et le soutien au bien-être des femmes et des filles autochtones.

Le ministre des Finances promet aussi de bonifier le Club des petits déjeuners en milieux autochtones et de soutenir le développement des projets d’infrastructures de la région d’Eeyou Istchee Baie-James.

En février dernier, le premier ministre, François Legault, a signé une nouvelle entente de développement économique avec la nation crie, qualifiée de « Grande alliance » et qui prévoit des investissements de 4,7 milliards de dollars sur 30 ans.

« Un premier pas »

Durant l’année 2019, les rapports finaux de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA) et de la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec (commission Viens) ont été rendus publics.

Dans le budget, le gouvernement se dit « sensible aux constats » établis par les deux rapports, mais aucun moyen financier détaillé n’a été dévoilé pour permettre l’application des recommandations. Rien que pour la commission Viens, rappelons que le rapport avait lancé 141 appels à l’action et recommandé un mécanisme de suivi indépendant.

Le ministre des Finances indique néanmoins « faire un premier pas » avec l’octroi des 219 millions de dollars mentionnés dans le budget. Il indique que des consultations avec les communautés autochtones se poursuivront « afin de déterminer quelles mesures seront mises en œuvre en priorité et de donner suite à ces constats ».

En attendant, le budget fait l’impasse sur plusieurs enjeux autochtones comme les accords territoriaux ou le financement à long terme d’un régime de protection de la jeunesse chez les Atikamekw. Baptisée Système d’intervention d’autorité atikamekw, cette entente avec la communauté autochtone et le gouvernement en matière de protection de l’enfance demeure toujours au stade de projet pilote.

Dans le budget, on apprend également l’organisation d’un Plan d’action nordique dont l’un des objectifs est de soutenir la culture des communautés autochtones, et ce, par un soutien aux ententes de développement déjà conclues avec les Inuit du Nunavik.

Les sommes prévues pour la mise en œuvre du plan n’ont pas été communiquées, mais les détails financiers seront annoncés plus tard par le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, peut-on lire dans le budget.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !