•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Controverse sur l'identité : Femmes autochtones du Québec congédie son analyste juridique

Analyste juridique et politique à Femmes autochtones du Québec, Alexandra Lorange affirme être une Atikamekw.

Analyste juridique et politique à Femmes autochtones du Québec, Alexandra Lorange affirme être une Atikamekw.

Photo : Tirée du site web de Femmes autochtones du Québec

L'organisme Femmes autochtones du Québec a renvoyé son analyste juridique Alexandra Lorange, dans la foulée de révélations faites par Espaces autochtones sur ses origines autochtones douteuses.

Dans un reportage paru début février, des chercheurs en généalogie affirment ne trouver à Alexandra Lorange, qui se prétend atikamekw, aucun ancêtre autochtone avant la 12e génération. Des chefs atikamekw disent ne pas la connaître.

« Les événements en question ont eu pour effet d’affecter la crédibilité et l’image de notre organisation. Pour ces raisons, Mme Alexandra Lorange ne fait désormais plus partie de l’équipe de FAQ  », annonce l'organisme dans un communiqué laconique envoyé lundi après-midi.

À la mi-février, l’Université du Québec à Montréal (UQAM) avait également annoncé qu'elle retirerait la charge de cours de Mme Lorange, qui devait enseigner cette session le cours Femmes autochtones du Québec : débats et enjeux.

Toujours boursière

Mme Lorange conservera par ailleurs sa bourse offerte aux étudiants autochtones depuis 2017 par le Centre interuniversitaire d’études et de recherches autochtones (CIÉRA) de l’Université Laval.

« En tant que centre de recherche, il nous est difficile de retirer la bourse à un.e étudiant.e, car nous n’avons aucune capacité de le faire  », affirme à Radio-Canada le directeur du CIÉRA Thierry Rodon.

Il précise toutefois que suite à l’affaire Lorange, le centre a entrepris une révision de ses critères d’admission aux bourses pour les étudiants autochtones. « Ces critères sont discutés avec nos partenaires autochtones et seront bientôt disponibles », ajoute le professeur en science politique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Société